Présente à Yaoundé lors de la manifestation contre l’homosexualité qui s’est tenue hier, mercredi 21 août, l’avocate Alice Nkom évoque un rassemblement de «gens un peu paumés avec des pancartes». Une centaine de personnes a défilé dans la capitale camerounaise, selon l’agence Associated Press, pour réclamer une législation plus stricte à l’encontre des personnes LGBT. «Les médias n’en parlent pas et c’est tant mieux», se réjouit Alice Nkom qui ne veut pas donner de tribune à ces «skinheads». «On ferme un peu les yeux, explique-t-elle. Ne pas les voir minimise et désavoue leurs actions.» Le cortège a fini sa procession dans un bar dont l’accès se veut «interdit aux homosexuels».