La pastille, dont on regrette le titre inapproprié et trompeur – «Mariage gay: pouvait-on prévoir une telle agitation?» –, remonte au 6 juin 1950, avec Françoise Dolto sur Paris Inter, puis se souvient de Zaza Napoli, du «mariage» de Coluche et Thierry Le Luron et s’achève avec Jean-Louis Bory.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Mariage gay : pouvait-on prévoir une telle agitation?

Photo Capture