Anton Krasovsky a été licencié en janvier dernier, pour avoir fait son coming-out en direct, à la télévision. Interviewé sur CNN il y a quelques jours, il expliquait son geste ainsi: «Il fallait que quelqu’un le fasse».

Dans un communiqué envoyé hier, samedi 17 août, l’association des journalistes LGBT (AJL) «salue le courage» d’Anton Krasovsky.

«Ce licenciement illustre le contexte homophobe particulièrement violent à l’égard des russes LGBT, insuffisamment dénoncé par les autorités françaises et européennes, estime l’association. L’AJL apporte son soutien à tous les journalistes LGBT qui travaillent actuellement en Russie.

«Cette situation souligne s’il en était encore besoin la valeur politique d’un coming-out public des journalistes. Elle appelle de ses vœux les journalistes LGBT français-es à prendre leurs responsabilités dans un contexte nettement moins risqué pour leur carrière et leur vie qu’en Russie.»