À l’occasion du 15 août, un an après la fameuse prière qui a lancé le mouvement contre l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, dans une tribune adressée aux évêques français et publiée par La Croix, des homosexuel.le.s demandent à l’Église catholique de reconnaître leur implication.

«Nous, fidèles homosexuels, qui donnons notre réputation, notre famille, nos amis pour sauver le mariage et la filiation humaine, serons-nous remerciés en étant enfin justement reconnus par l’Église?», écrivent-ils/elles.

La lettre est signée «Clément Borioli, 21 ans, porte-parole d’Homovox; Jean-Marc Veyron La Croix, maire de Chasselas; Damien P., Devenir Un En Christ; Bruno Morel, Pour une Gauche Vitale; Caroline L., Homovox; Thomas Gabriel, Pour une Droite Humaine; Pascal Evain, Homovox; Xavier Bongibault, Plus gay sans mariage, cathofriendly», auquel.le.s s’associent «tant d‘autres qui se joignent à nous, contraints à l’anonymat», avec le soutien de Nathalie de Williencourt, présidente d’Homovox; Jean-Baptiste Maillard, co-fondateur d’Homovox» et Virginie Merle-Tellenne, alias Frigide Barjot, en tant que présidente de «L’Avenir pour Tous».

«Votre bienveillance envers les “gays de bonne volonté” apaisera la réelle montée de l’homophobie et garantira la suite vertueuse de notre mouvement citoyen», affirment les signataires, qui demandent aux évêques de faire en sorte de permettre aux homos catholiques de ne pas se sentir écartelé.e.s entre leur «réel désir de fidélité au Christ» et leur «inclination subie».

frigide-barjot

Photo Capture