LES ATHLÈTES DE LA SEMAINE
Il faut aujourd’hui plus d’une main pour compter les athlètes qui se sont élevé.e.s contre l’antagonisme d’organiser des Jeux à Sotchi en février 2014 dans un pays, la Russie, qui applique des lois anti-gay. Judith Arndt, Megan Rapinoe, Gro Hammerseng, Nick Symmonds sont venu.e.s apporter leur parole aux côtés de Johnny Weir, Matthew Mitcham et Blake Skjellerup. La première, quadruple championne du monde et vice-championne olympique du contre-la-montre à Londres 2012, a estimé qu’il fallait boycotter les Jeux. Lors d’un entretien à la radio allemande Sport1.fm, elle a ajouté qu’elle n’y croyait pas car «les Jeux olympiques sont ce qu’il y a de plus grand pour les athlètes». Pour Judith Arnt, ouvertement lesbienne, les J.O. ne doivent pas être attribués aux pays violant les droits de humains: «Au-delà de cette loi, le système en Russie porte atteinte à la dignité humaine.»

Interviewée avec Johnny Weir, la footballeuse américaine Megan Rapine estime que ces lois sont «inhumaines» et rappelle surtout que plus que les athlètes pendant les Jeux, une communauté LGBT toute entière va souffrir avant et après l’échéance:

Visit NBCNews.com for breaking news, world news, and news about the economy

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Olympians may face penalties for protesting Russia’s law

Gro Hammerseng hésite, elle, à faire le déplacement en Russie si son club se qualifie pour une rencontre prévue à Rostov-sur-le-Don en octobre. La handballeuse norvégienne, mariée à Anja Edin, se dit choquée par les lois et appelle les politiques de son pays à se saisir de la question.

Si Yelena Isinbaieva n’a pas apprécié les ongles arc-en-ciel d’Emma Green-Tregaro, alignée en finale du saut en hauteur demain, Lotta Schelin, internationale et attaquante de l’Olympique Lyonnais, a félicité sa compatriote sur Twitter pour ce geste qui rend heureux/se et donne de l’espoir.

Stéphane Caristan, ancien champion d’Europe du 110 mètres haies, aujourd’hui consultant pour France Inter et Eurosport – cette dernière retransmet les mondiaux d’athlétisme – se dit atterré.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Sotchi, les JO anti-homo?

Tous les articles de Yagg sur Sotchi.

LE SPONSOR DE LA SEMAINE
General Electric, l’un des partenaires des Jeux olympiques, est pour l’heure le seul à demander une action en faveur des droits de humains en Russie, indique un article de BuzzFeed. Des sociétés comme Coca-Cola et McDonald’s se sont déclarées en faveur des droits LGBT mais n’étaient pas allées aussi loin, selon le site. Les trois marques américaines appartiennent au TOP, le club des dix sponsors des J.O.

L’OPINION DE LA SEMAINE
Publiée dans Le Monde le 14 août, par Fabien Ollier, directeur de la revue Quel sport? et du Comité pour le boycott des Jeux olympiques de Sotchi (Coboso): «Le contrôle musclé de l’opinion publique, la normalisation des comportements, la rectification idéologique et la mise au pas brutale des opposants sont devenus les grandes préoccupations de l’ex-lieutenant-colonel du KGB, écrit-il. Ce durcissement intérieur s’ajoute au rêve mégalomaniaque de la nomenklatura russe de reconstituer par le chantage économique au gaz et l’intimidation armée la zone d’influence et de souveraineté de l’ex-empire soviétique. La Russie continue en effet d’occuper militairement des régions de la Géorgie, de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. Dans ce contexte, les Jeux d’hiver apparaissent comme une opération de prestige nationaliste de la “Grande et Sainte Russie” qui se veut sportivement compatible avec l’irrespect des droits de l’homme, des principes démocratiques fondamentaux et du droit international».

Il appelle François Hollande à «lancer un signal fort de courage politique aux gouvernements occidentaux en refusant d’envoyer des athlètes à Sotchi dans un climat d’oppression et de répression».

Comme Stephen Fry, dans sa lettre au Premier ministre britannique et au CIO la semaine dernière, Fabien Ollier évoque les Jeux olympiques de Berlin 1936, mais aussi ceux de Pékin en 2008 et Moscou en 1980.

LE DÉBAT DE LA SEMAINE
Boycott ou pas boycott, des athlètes s’interrogent. Comme Johnny Weir, Martina Navratilova n’est, par exemple, pas en faveur de cette extrémité qui ne dessert que les athlètes, explique-t-elle dans un tweet dans lequel elle rappelle que le boycott des J.O. de Moscou 1980 n’a pas fait mal à la Russie mais aux athlètes. Elle se prononce plutôt pour une délocalisation.

LE TWEET DE LA SEMAINE
Pour beaucoup dans la communauté LGBT comme pour les défenseurs/euses des droits humains, il devrait rester l’un des héros de ces mondiaux d’athlétisme. Nick Symmonds a tweeté une photo de lui avec le président de la fédération sportive LGBT russe Konstantin Yablotskiy:

LE POSTER BOY DE LA SEMAINE
Exaltation d’un corps d’athlète nu dans le Vogue russe. Sergey Shubenkov prend la pose: «Je l’ai fait pour plaire à mes fans féminines, mais si les hommes aiment aussi, je ne suis pas contre.», explique-t-il. Dans le contexte, cette phrase anodine pèse un peu plus lourd.

LE COMING-OUT DE LA SEMAINE

«Regardez-moi. Je suis une super star de la WWE et pour être tout à fait honnête, je vous le dis: Je suis gay. Et je suis heureux, très heureux.»

Darren Young est catcheur: «C’est important pour moi que les gens comprennent que les préférences sexuelles ne devraient pas être prises en compte. On devrait s’intéresser d’abord à la personne elle-même», a-t-il expliqué à TMZ.

LES PHOTOS DE LA SEMAINE
Les 100 clichés du siècle du magazine américain de sport Sports Illustrated illustrent parfaitement le principe de la loi de proximité en journalisme. Ici, beaucoup de sports US entre baseball et football. Chez nous, sans nul doute l’une des têtes de Zinedine Zidane en finale de la Coupe du monde de football contre le Brésil il y a 15 ans, ou les étincelles prodigieuses de Laura Flessel, championne olympique et du monde à l’épée.

Parmi celles qui pourraient nous mettre d’accord, Michael Jordan, Mohammed Ali, Nadia Comaneci, Serena Williams.

Parmi les emblématiques, Brandi Chastain, auteure du tir au but victorieux contre la Chine en 1999 en finale de la Coupe du monde de football. L’Américaine avait offert la victoire à son pays devant 90185 spectateurs, à ce jour le record d’audience pour un match de football féminin.

On retiendra que, sur les 100 photos, sept concernent des femmes dont Nadia Comaneci et ses notes parfaites en gymnastique aux Jeux olympiques de Montréal en 1976 ou Serena Williams, patronne du tennis féminin.

Et encore, la photo du podium du 200m masculin des Jeux de Mexico: les poings gantés de Tommie Smith et de John Carlos pour protester contre les discriminations dont sont alors victimes les noirs aux États-Unis.

LA REPRISE DE LA SEMAINE
Retour de vacances pour Gaëtane Thiney à Juvisy comme de nombreuses footballeuses du championnat de France de première division qui reprend le 1er septembre.

LES CHAUSSURES DE LA SEMAINE
Trouver chaussure à son pied façon Cendrillon, joli concept de pub choisi par un équipementier, avec Disney, pour conquérir des client.e.s.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪New Balance and RunDisney Happily Ever Excellent‬

LA RETRAITE DE LA SEMAINE
Loin, très loin de la Russie, une voix fatiguée de chagrin et d’un certain fatalisme. Celle de Marion Bartoli (photo en tête d’article) qui a pris le monde du tennis à contrepied, mercredi 14 août, en annonçant sa retraite au soir de sa défaite contre Simone Halep au premier tour du tournoi de Cincinnati. La Française blessée aux tendons d’achille, à la hanche, à l’épaule, au dos, s’était effacée au deuxième tour du tournoi de Toronto pour son retour: «Mon corps ne peut tout simplement plus», a-t-elle expliqué en larmes.

Championne contre toute attente de Wimbledon en juillet, la joueuse française avait assuré de sa gniaque pour les mois à venir. Mercredi soir, comme un symbole, elle portait justement une veste estampillée du tournoi de ses rêves enfin conquis.

À 28 ans, elle préfère partir au sommet. Certain.e.s la verraient bien revenir. Et si la joueuse française la plus inattendue, sans doute, de l’histoire du tennis français, poursuivait tout simplement son existence loin des courts et des codes.

Sportivement, il sera plus compliqué de se priver de la septième joueuse mondiale en Fed Cup, ce qu’avait réussi Amélie Mauresmo, capitaine de l’équipe de France. Il en va autrement d’une vie, tout simplement.

LE NAVRATILOTWEET DE LA SEMAINE
De nombreux tweets sur Sotchi (voir plus haut) de Martina Navratilova. La championne partage cet article du New York Times dont l’attaque est à enseigner dans les écoles de journalisme tant elle illustre bien la question: «Si cet article était publié dans un journal basé en Russie, il pourrait être classé interdit aux moins de 18 ans – comme un film X – et commencer par l’avertissement suivant: “Cet article contient des informations qui ne conviennent pas à des lecteurs de moins de 18 ans selon les termes de la législation russe”».

Martina remercie aussi Nick Symmonds d’avoir parlé pour sa communauté.

Photo via Twitter

Suivez Bénédicte Mathieu sur Twitter: benedicteliesse