Pour Tristan Schotte (photo, à gauche) et Geoffrey Boissy, ce qui devait être une soirée agréable s’est transformé en cauchemar après qu’ils ont été arrêtés par la police à Bruxelles vendredi 9 août. Les deux hommes sortaient du Brussels Summer Festival lorsqu’ils ont été interpellés. Selon leur témoignage, l’un deux a emprunté la sortie du mauvais côté puis a plaisanté à ce sujet, ce qui a provoqué l’intervention musclée des forces de l’ordre. Quand Geoffrey a tenté de filmer la scène avec son téléphone, les agents l’ont roué de coups pour s’emparer de l’appareil.

Copieusement insultés – «Sale PD» et «Sale gauchiste de merde» auraient dit les policiers – ils ont été emmenés au commissariat où ils ont été retenus pendant plus de 11 heures. «Plusieurs fois nous avons demandé une assistance médicale, mais cela nous a été refusé, a expliqué l’un des deux hommes à DH.be. Il n’y a aucun détail sur le p.-v. qui justifie un tel placement. Et ils ont refusé de tester notre taux d’alcoolémie et de drogue.»

Le témoignage des victimes:

Si les lecteurs ne s’affichent pas, cliquez sur BSF: deux homos accusent des policiers d’homophobie

Tristan Schotte et Geoffrey Boissy ont porté plainte auprès de la police locale pour vol à l’aide de violence, coups et blessures volontaires, destruction volontaire et propos homophobes. Ils ont lancé sur Facebook un appel à témoins pour recueillir des vidéos de leur arrestation. Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête de son côté. À l’initiative de l’association Outrage!, une minute de huées et de sifflements a eu lieu hier, dimanche 11 août, devant le commissariat de police de la capitale belge, en présence d’une cinquantaine de personnes.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Sifflements contre les violences policières homophobes