Avec une malice non dissimulée, l’auteur de l’article passe en revue plusieurs espèces animales pour lesquelles le modèle «père-mère-enfant» prôné par la «Manif pour tous» n’a rien d’une évidence naturelle et biologique. En plus du cas incontournable de l’hippocampe où c’est le mâle qui porte les œufs dans sa poche ventrale, le bestiaire aborde les escargots intersexués où papa est aussi maman, les lézards à queue en fouet, une espèce exclusivement féminine pour laquelle des «câlins lesbiens sont indispensables pour déclencher l’ovulation», et le phalarope, un oiseau peu connu qui déconstruit savamment les attributions genrées.

«Tous ces exemples prouvent… que la nature est diverse, tout simplement. La multiplicité de ses modèles a quelque chose de réjouissant. C’est aussi un bon remède au discours de certains Homo sapiens qui tentent d’ériger leurs familles idéales en seul horizon existant. Si on les invitait à réviser leur biologie ? Cet été, parcs naturels et muséums pour tous», peut-on lire en guise de conclusion. À lire sur Rue89.

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln