À un peu moins de 200 jours des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi qui doivent débuter le 7 février 2014, les insinuations menaçantes de la Russie concernant les athlètes LGBT suscitent de plus en plus de réactions. Le président des États-Unis, la ministre allemande de la Justice et la chanteuse Lady Gaga ont pris la parole pour dénoncer chacun à leur façon l’attitude de Moscou.

RÉACTIONS POLITIQUES…
Hier, mardi 6 août, Barack Obama a critiqué l’adoption par la Russie de la loi interdisant «la propagande homosexuelle» lors de son passage dans le talk-show de Jay Leno.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur President Obama On Russia’s Anti-Gay Laws

Barack Obama: J’ai été très clair sur le fait qu’en matière de droits universels et de libertés fondamentales, s’il y a une discrimination sur le fondement de la race, de la religion, du genre ou de l’orientation sexuelle, il y a une violation de la morale de base qui devrait transcender tous les pays. Et je n’ai aucune patience pour les pays qui essaient de traiter les gays, les lesbiennes et les personnes transgenres d’une façon qui les intimide ou leur fait du mal.

Maintenant, ce qui se passe en Russie n’est pas un cas isolé. Je suis allé en Afrique où des pays font beaucoup de choses pour leur peuple, travaillent sur les questions de développement, mais parfois persécutent les gays et les lesbiennes et cela provoque des conférences de presse embarrassantes. Mais ce qui est important pour moi, c’est d’être sûr que ces personnes sont traitées à égalité et avec justice parce que c’est ce que nous défendons et je crois que c’est un précepte qui ne s’applique pas qu’aux États-Unis, c’est quelque chose qui devrait s’appliquer partout.

Jay Leno: Vous pensez que ça aura une influence sur les JO?

Barack Obama: Je suis persuadé que Vladimir Poutine et la Russie mettront tout en œuvre pour que les JO se passent bien et ont conscience que la plupart des pays participant à la compétition n’accepteront pas que les gays et les lesbiennes soient traité.e.s différemment. Ce sont des athlètes, ils sont là pour la compétition et si la Russie veut revendiquer l’esprit des Jeux, les jugements doivent être réservés aux pistes de courses, aux piscines et aux poutres de gymnastique. L’orientation sexuelle n’a rien à voir avec ça.

En parallèle, 83 parlementaires américain.e.s ont écrit au secrétaire d’État John Kerry (l’équivalent du ministre des Affaires étrangères) pour qu’il assure la protection des athlètes LGBT qui se rendront à Sotchi, rapporte le Huffington Post. En sus de la loi «anti-propagande», les élu.e.s citent les multiples violations des droits des personnes LGBT perpétrées par la Russie au cours des dernières années, notamment la législation visant à empêcher l’adoption d’enfants originaires de Russie à destination des pays ayant ouvert le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, les interdictions imposées aux organisateurs/trices de gay prides et les violences homophobes et transphobes.

Quelques jours plus tôt, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, ministre de la Justice allemande, s’est confiée à l’hebdomadaire Der Spiegel en ces termes: «Tout homme politique doit réfléchir à son attitude envers cette politique d’exclusion menée par rapport aux minorités», a-t-elle déclaré. Au risque de heurter la Russie, elle a ajouté qu’athlètes et responsables politiques étaient libres de manifester leur opposition aux lois homophobes en ne prenant pas part à ces Jeux. Elle attend du pays de Vladimir Poutine qu’il respecte «ses engagements dans le domaine du droit international» et qu’il cesse de «coller des étiquettes sur les homosexuels».

… RÉACTIONS D’ARTISTES…
Le monde artistique s’est également emparé de la question. Tandis que Sir Ian McKellen a montré sa solidarité avec les LGBT russes, Tilda Swinton a posé devant le Kremlin avec un drapeau arc-en-ciel. Lady Gaga a de son côté interpellé le gouvernement russe depuis son compte Twitter.

 

«Courage aux LGBT en Russie. La montée des abus du gouvernement est archaïque. Asperger des adolescents avec du spray au poivre? Des bastonnades? Mère Russie? Le gouvernement russe est criminel. À l’oppression répondra la révolution. Russes LGBT, vous n’êtes pas seul.e.s. Nous nous battrons pour votre liberté. Pourquoi ne pas m’avoir arrêtée quand tu en avais l’occasion, Russie? Parce que tu ne voulais pas en répondre devant le monde?»

Tout comme Madonna, la chanteuse fait depuis peu l’objet d’accusations de «propagande homosexuelle» et la légitimité des visas dont les deux stars ont bénéficié pour chanter en Russie est remise en cause. Sur son blog, le comédien George Takei a pour sa part appelé à une annulation des Jeux de Sotchi pour qu’ils aient lieu à Vancouver, comme il y a quatre ans. «Certain.e.s pensent qu’appeler à ne pas organiser les Jeux en Russie va trop loin. Mais penserait-on la même chose si la loi amenait à arrêter les personnes juives, catholiques ou musulmanes qui afficheraient leur religion, par exemple en portant une kippa ou en priant tournées vers la Mecque? Une discrimination, quelle qu’en soit la teneur, entache les Jeux d’hiver et ne peut être tolérée.»

… ET PEU DE RÉACTION AU CIO
La position actuelle du CIO, qui veut rassurer sans provoquer la Russie, est difficilement tenable. Dans une tribune publiée sur Yagg, la réalisatrice et ancienne championne de natation junior Emmanuelle Schick a exhorté l’organisation à prendre ses responsabilités. Le yaggeur @lolo75 propose sur son blog d’interpeller le président du CIO pour qu’une décision soit prise prochainement. Mais pour Andrew Webster, chef du service Sports du Sydney Morning Herald, les luttes de pouvoir internes tendent à rendre le CIO apathique. «Vu l’influence de la Russie et de Poutine, presque aucun des six candidats [à la succession de l’actuel président belge Jacques Rogge en septembre] ne veut commenter cela». Seul Richard Carriòn, un banquier portoricain âgé de 60 ans, a osé élever la voix pour l’instant: «À l’avenir, une condition pour obtenir l’organisation des JO doit être que l’on soit sûr qu’aucune loi discriminatoire envers quiconque ne soit édictée dans le pays, comme le veut la Charte olympique, a-t-il indiqué dans un communiqué. Les JO célèbrent l’humanité à travers, le respect, l’amitié et l’excellence. L’une des valeurs les plus profondes du mouvement olympique est le sport en tant que droit de humain et rien ne devrait se mettre en travers de cela.»

Au-delà des Jeux de Sotchi, la Russie a également été choisie par la FIFA pour organiser la Coupe du monde de football masculin en 2018. Moscou accueillera également dès ce samedi 10 août et jusqu’au 18 août les championnats du monde d’athlétisme.