Il était opposé à l’ouverture du mariage, Kevin Rudd se range désormais aux côtés de celles et ceux qui sont pour:

«Je me rends compte que les religions et l’État peuvent avoir des convictions et usages différents sur la question du mariage des couples de personnes de même sexe, explique l’ancien Premier ministre travailliste australien (2007-2010) dans un billet publié sur son blog, lundi 20 mai. Je crois aussi que ce changement devrait légalement exempter les institutions religieuses d’une obligation de changer leurs positions et usages selon lesquels le mariage est exclusivement l’union entre un homme et une femme. J’ai changé d’avis au terme d’une intense et longue réflexion, au cours de laquelle j’ai eu des conversations constructives sur la vie, la sexualité et la foi avec des gens formidables.»

Le revirement de Kevin Rudd n’est pas anodin dans un pays où les autorités sont bien peu enclines à soutenir l’ouverture du mariage. Julia Gillard, Première ministre travailliste, y est opposée.

En septembre 2012, les député-e-s avaient voté contre une proposition de loi du travailliste Stephen Jones à une très large majorité (98 voix contre 42). La Chambre des représentants va à nouveau être saisie de la question le 6 juin avec la soumission aux voix d’un proposition de loi sur l’égalité dans le mariage déposé par le député écologiste Adam Bandt. Kevin Rudd a demandé aux député-e-s qui avaient voté non de revenir sur leur vote. Il a également exhorté le Parti libéral (contre) à accorder à ses membres la liberté de conscience comme le font les travaillistes. Il appelle aussi à un référendum.

L’opinion publique australienne est, contrairement à son Parlement, favorable à l’ouverture du mariage. Certains observateurs de la vie politique «aussie» voient d’ailleurs dans le changement de direction de Kevin Rudd une façon de se donner une nouvelle impulsion et de se placer différemment sur l’échiquier politique de son parti et de son pays, l’Australie, dont la voisine, la Nouvelle-Zélande, a voté le mariage pour tous en avril.

Dans une conférence de presse donnée le 20 mai, à Brisbane, il s’explique sur son choix, évoquant surtout une évolution personnelle:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Kevin Rudd changes stance on gay marriage

Kevin Rudd est notamment connu pour avoir officiellement demandé, en février 2008, le pardon de son pays aux aborigènes pour les injustices passées subies par les premier-e-s habitant-e-s de l’ïle-continent et en particulier aux enfants aborigènes retiré-e-s à leurs familles de 1910 à 1970 (les générations volées) au nom d’une politique d’assimilation.

Via same same.

Suivez Bénédicte Mathieu sur Twitter: benedicteliesse