Pour Claire Jollain, organisatrice du G-Day, «le premier salon du mariage gay», il était important que ce salon voie le jour car les salons existants ne répondent pas à la demande des couples homos. Mais uniquement des couples homos masculins puisque ce salon ne s’adresse pas aux couples de femmes.

Organisatrice de mariages, Claire Jollain travaille dans cette industrie depuis huit ans et elle a souhaité anticiper les désirs des futurs mariés en mettant en avant des prestataires gay-friendly. «On n’est pas opportuniste», avance-t-elle d’emblée pour ne pas prêter le flanc à ceux/celles qui ne verraient là qu’une bonne idée commerciale. «On a décidé il y a deux mois de réaliser ce petit happening sympathique et bon enfant et on ne s’attendait ni à l’accélération du calendrier parlementaire ni à une telle virulence dans le débat», explique-t-elle à Yagg. Par prudence, la préfecture a été prévenue de la tenue du salon et un service de sécurité est affecté à l’encadrement.

SANS ROSES NI PIVOINES
Une trentaine d’exposants présenteront leurs services dans les domaines de la photographie, de la joaillerie ou de la mode, entre autres. Leur plus-value par rapport aux salons ordinaires? En sus de leur approche gay-friendly, ils ont été appelés à fournir un effort pour présenter quelque chose de «neuf» qui se démarque des salons de même taille où «l’ambiance est très girly, décrit Claire Jollain. On y trouve des choses vintage ou un peu hippie, mais les garçons ne s’y reconnaissent pas», croit-elle savoir.

La gent masculine préfère d’après elle «un style plus épuré où il n’y a pas que des roses et des pivoines». «La communauté garçons», cette cible «à fort pouvoir d’achat avec des goûts haut de gamme» privilégie le «trendy» associé à une ambiance «décontractée», a-t-elle indiqué à l’AFP. Et les filles? «Les femmes sont plus discrètes dans leur communauté et peuvent trouver des choses qui leur correspondent dans les salons du mariage» classiques, a-t-elle expliqué à l’agence de presse. Auprès de Yagg, elle est plus nuancée: «Les filles sont les bienvenues, beaucoup d’entre elles nous ont dit qu’elles viendront», assure Claire Jollain.

Il n’empêche qu’elles seront clairement les parents pauvres de ce salon qui se présente comme étant «100% masculin». Quelques jours après le vote du «mariage pour tous», ce salon pour certains instille l’idée qu’il y a des mariages de filles et des mariages de garçons, les uns «girly» et finalement classiques, les autres empreints d’un ton «épuré» et «haut de gamme». Le site du salon proclame qu’il «réinvente le mariage!». Dommage qu’il perpétue certains clichés – tout en prétendant les réfuter.

Photo Capture d’écran

Suivez Julien Massillon sur Twitter: JulienMsln