Jean-François Delfraissy (à gauche, au micro, sur la photo), le directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS), a pris son temps pour faire connaître sa décision sur la poursuite ou non d’Ipergay. Cet essai, avec lequel les chercheurs veulent mesurer l’efficacité de Truvada, un antirétroviral, pris lors des rapports sexuels, dans la réduction de la transmission du VIH chez les séronégatifs, a fait couler beaucoup d’encre.

L’ANRS décide de poursuivre l’essai:

«L’ANRS considère que l’essai ANRS Ipergay peut être poursuivi dans sa phase pilote, et étudie les conditions d’extension réalistes de l’essai à l’issue de  cette phase»

Mais l’agence n’en reste pas là. Elle décide de créer un groupe de travail. Ce groupe, dont on ne connait pas la composition, mais qui devrait réunir des chercheurs en prévention, des médecins et des membres d’associations, sera chargé, selon le communiqué de l’ANRS, «d’explorer de nouvelles pistes de recherche afin d’optimiser, en population, les usages des différents moyens préventifs, y compris la prophylaxie pré-exposition (PrEP) utilisant les antirétroviraux.»

En clair, ce groupe discutera de la possibilité de mettre à disposition Truvada dans la vraie vie, pour des personnes séronégatives qui prennent des risques. C’est déjà le cas aux États-Unis, où Truvada est autorisé en PrEP, avec une prise quotidienne. Mais en Europe, le laboratoire Gilead n’a toujours pas déposé de demande d’Autorisation de mise sur le marché dans l’indication de PrEP (Truvada est déjà utilisé par les séropositifs comme traitement de l’infection VIH).

LA CHÈVRE ET LE CHOU
En créant ce groupe de travail, tout en maintenant l’essai, Jean-François Delfraissy ménage la chèvre et le chou. Sa décision de maintenir l’essai devrait satisfait le comité scientifique et le comité indépendant, qui tous deux ne voyaient pas la nécessité de modifier ou d’interrompre Ipergay. Mais il se montre à l’écoute des demandes du comité associatif concernant la possibilité de mettre à disposition Truvada en prise continue. Le groupe de travail sera constitué d’ici à la fin de l’année.

Sur le site www.ipergay.fr, vous pouvez retrouver les avis du Comité scientifique, du Comité indépendant et du Comité associatif.

Suivez Christophe Martet sur Twitter: MartetChris