Le monde en face, à partir de 20h40, sur France 5. L’émission présentée par Carole Gaessler propose 2 documentaires suivis d’un débat. Tout d’abord La Danse des garçons afghans (2010), de Jamie Doran, qui raconte le sort des «BachaBereesh, littéralement « garçons imberbes », choisis pour leur taille et leur beauté pour chanter et danser devant un public masculin, souvent habillés en filles, avant d’être monnayés contre des faveurs sexuelles offertes aux hommes de pouvoir», explique le résumé de la chaîne, ajoutant que «les autorités de Kaboul ferment systématiquement les yeux devant cette forme d’exploitation infantile, souvent parce qu’elles sont elles-mêmes impliquées». Puis, à 21h35, Crimes d’amour à Kaboul (2011), de Tanaz Eshaghian, le portrait «de trois jeunes femmes afghanes accusées d’avoir commis un “crime moral”, comme avoir des relations sexuelles avant le mariage ou de s’être enfuie du foyer familial».

Little Miss Sunshine (2006), de Jonathan Dayton et Valerie Faris, à 20h45, sur France 4 (en VF). Un film indépendant, succès-surprise du box-office, qui croque avec beaucoup de justesse les non-dits et les bobos d’une famille américaine. Voici la scène où l’oncle Franck (génial Steve Carell) tente de faire son coming-out auprès de sa petite nièce lors d’un dîner plutôt hostile:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Little Miss Sunshine – extrait vidéo

La Piel que habito (2011), de Pedro Almodóvar, à 20h55, sur Canal+ (en VM). «Le réalisateur espagnol surfe sur des thématiques qui lui sont chères: l’identité, le genre, la transsexualité, le désir, et ajoute une nouvelle dimension à son cinéma en se créant un cadre aux limites du fantastique», écrivions-nous sur Yagg au moment de la présentation du film au Festival de Cannes. Et le résultat est magnifique.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur La Piel que habito – bande-annonce

Sexe, mensonges et harcèlement (2012), de Clarisse Feletin, à 22h40, sur France 2. Ce documentaire inédit suit «le quotidien des juristes de l’AVFT (Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail) qui se battent aux côtés des victimes de harcèlement sexuel, explique le résumé de la chaîne. En s’attachant à quatre femmes qui sont à différents stades de leur action en justice, ce film explore les ravages provoqués par un tel traumatisme (menaces, perte d’un emploi, dépressions, tentatives de suicide…) et permet de comprendre ce qui motive les harceleurs, comment ils tissent leurs systèmes d’emprise».


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Sexe, mensonges et harcèlement