Aux États-Unis, le médicament Truvada a été autorisé pour limiter la transmission du VIH chez les séronégatifs très exposés au VIH, dont les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). En France, des séronégatifs volontaires,  gays, HSH ou trans’ testent l’efficacité de ce médicament contre un placebo dans l’essai Ipergay, lancé par l’Agence nationale de recherches sur le sida en janvier 2012. Pourquoi ont-ils entrepris cette démarche, longue, sans bénéfice direct, avec de nombreuses contraintes? Comment se passe l’essai et quel impact a-t-il sur leur vie, en particulier sexuelle et amicale? Quelle a été la réaction de leur entourage? Qu’attendent-ils d’Ipergay, pour eux-mêmes, leurs proches, la communauté? Pour vous aider à mieux comprendre les enjeux d’Ipergay, Frédéric, David, Olivier et Tom, quatre volontaires d’Ipergay et Marco, un accompagnateur de l’essai, témoignent sur Yagg. Longuement et en toute franchise.

FRÉDÉRIC, VOLONTAIRE D’IPERGAY:

«Je n’attends pas d’Ipergay un blanc-seing pour mener une vie débridée, sans penser à la protection et sans penser à mon partenaire.»


Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Frédéric, volontaire de l’essai Ipergay

DAVID, VOLONTAIRE D’IPERGAY:

«On ne teste pas un médicament, on teste un nouveau protocole autour d’une solution contre le VIH qui est complémentaire de la capote.»


Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur David, volontaire de l’essai Ipergay

Écouter page suivante le témoignage audio d’Olivier, volontaire de l’essai Ipergay.