Une fois n’est pas coutume, Act Up-Paris a pris acte des nombreux engagements inscrits dans le message que le Président de la République, François Hollande, a adressé aux congressistes réunis à Washington pour la 19e Conférence mondiale sur le sida.

«PROTÉGER LES POPULATIONS LES PLUS VULNÉRABLES»
Dans ce message diffusé lors de la séance plénière du lundi 23 juillet au matin, François Hollande a rappelé quels devaient être les engagements du monde pour «arrêter l’épidémie du sida». Tout d’abord, il faut faire «travailler ensemble les milieux de santé, les organisations internationales, les associations de lutte contre le sida et les organisations non gouvernementales», accroitre les efforts «pour mettre au point un vaccin et développer la prévention», faciliter l’accès au dépistage, permettre un accès universel au traitement et «concentrer les efforts pour protéger les populations les plus vulnérables».

Sur tous ces points, l’association Act Up-Paris a pris acte des engagements du Président. Mais elle regrette cependant qu’il n’ait rien dit sur les médicaments génériques et en France sur les soins funéraires aux personnes séropositives ainsi que sur les franchises médicales, qui «pénalisent et stigmatisent celles et ceux qui vivent avec une maladie grave».

En matière de lutte contre le sida, le nerf de la guerre, ce sont les moyens. François Hollande a rappelé que la France était le deuxième contributeur au Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme. La taxe sur les transactions financières qui sera mise en place le 1er août en France, autre annonce importante du Président, contribuera aussi à financer la lutte contre le sida. Le Président a conclu par un appel à la jeunesse:

«Mais c’est avec la jeunesse que nous gagnerons la bataille. C’est elle qui est la première victime de la maladie. C’est donc avec elle que nous cultivons l’espoir de la faire reculer.»

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo.

[Mise à jour, 19h45] L’association Aides s’est félicitée de la déclaration de François Hollande et de l’annonce de l’instauration d’une taxe sur les transactions financières: «Il s’agit maintenant, souligne Aides dans un communiqué, de passer de la déclaration à la mise en place concrète et nous serons particulièrement vigilants à ce que cette annonce se traduise le plus vite possible en financements permettant d’atteindre l’objectif que la communauté internationale s’est fixée : placer sous traitement les 15 millions de personnes qui en en ont besoin. Nous avons bien reçu le message : la fin de l’épidémie passe par la France au 1er août, nous serons là pour le vérifier.»