Des militant-e-s américain-e-s viennent de lancer une campagne pour dénoncer les positions de Mitt Romney, candidat républicain à la présidence, sur les dossiers LGBT.

«MITT GETS WORSE»
Le projet est intitulé «Mitt Gets Worse» («Mitt empire»), en écho au projet vidéo contre le harcèlement homophobe et le suicide des jeunes gays et lesbiennes «It Gets Better» («Ça s’améliore»). Les militant-e-s soulignent la dégringolade du gouverneur républicain du Massachusetts dans son soutien aux droits de la communauté.

Dans ce projet de vidéos de témoignages «à la première personne», les activistes racontent comment Mitt Romney, qui avait promis d’être «meilleur» que le Démocrate Ted Kennedy sur les droits des homos pendant la campagne pour le poste de gouverneur en 1994, a périclité pour devenir un farouche opposant des droits des LGBT.

La campagne «Mitt Gets Worse» est lancée par 2 «super comités d’action politique» (ou «super PAC», des organismes qui peuvent lever des fonds sans montant maximum pour peser dans les campagnes électorales), le Courage Campaign Super PAC et le American Bridge 21st Century Super PAC.

Les destinataires de la campagne vidéo sont les électeur/ices américain-e-s, pour qu’ils/elles votent en étant bien informé-e-s des positions de Romney sur ces questions.

Jennifer Chrisler, une mère lesbienne résidente du Massachusetts et directrice exécutive du Family Equality Council, dénonce: «Mitt empire chaque jour dans cette campagne. Il nous jetterait sur le côté pour obtenir ce qu’il veut». «Je ne peux pas imaginer pire pour mes enfants que 4 ans de présidence Romney».


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Mitt Gets Worse: Jennifer Chrisler

Julie Goodridge, qui a porté en justice son combat pour pouvoir épouser sa compagne, témoigne: «Il a dit qu’il était l’ami de la communauté gay; il a tenté de bloquer nos mariages». Elle raconte un entretien très «frustrant» avec Mitt Romney au cours duquel, à une question qu’elle lui posait droit dans les yeux sur l’égalité des droits, il a répondu «d’un regard vide», par-dessus son épaule, qu’il était indifférent à la situation de familles comme la sienne. Dans la vidéo, Julie raconte le calvaire de sa compagne Hillary: quand Julie a donné naissance à la petite Annie, la mère et l’enfant ont dû rester hospitalisées à cause de graves complications. Hillary, la compagne de Julie, n’ a pu rendre visite ni à Julie ni à leur fille Annie. Mitt Romney n’a fait preuve d’«aucune empathie» quand Julie lui a raconté leur histoire.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Mitt Gets Worse: Julie Goodridge

BIPHOBIE ET TRANSPHOBIE
Kathleen Henry raconte comment Mitt Romney, en tant que gouverneur, a décidé de supprimer en 2006 la Commission de la Jeunesse Gay & Lesbienne (la toute première structure de ce genre aux États-Unis) quand il s’est aperçu que son nom allait être sur la même page que les mots «jeunes bisexuel-le-s et transgenres».


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Mitt Gets Worse: Kathleen Henry

Selon Adam Bink de Courage Campaign, Mitt Romney est «en guerre» contre l’égalité pour les LGBT. En clin d’œil au single de Lady Gaga Born This Way, le militant dit que Mitt Romney n’est pas né comme ça. Pour Adam, les débuts de Romney comme gouverneur étaient plutôt encourageants sur les questions gays (soutien aux unions civiles, nomination de personnes ouvertement homos à des postes-clés…), mais au fil du temps, «Mitt empire».


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo Mitt Gets Worse: Adam Bink

Photo Gage Skidmore