[Mise à jour 30/07] Jennifer Carroll a écrit une lettre à Nadine Smith d’Equality Florida pour présenter ses excuses. Dans un fax daté du 26 juillet, la vice-gouverneure de Floride écrit : «Chère Nadine, je voudrais saisir cette opportunité d’exprimer mes plus sincères excuses à toute personne que j’aurais offensée par mon récent commentaire. C’est mal et inexcusable de faire un commentaire qui blesse, et ce n’était pas mon intention. En tant que Chrétienne, ma foi me conduit à respecter et à aimer tout le monde». Nadine Smith d’Equality Florida, a accepté les excuses de l’élue, et précise que Jennifer Carroll «a invité Equality Florida à se rapprocher de son bureau», si nécessaire.

«Habituellement, les femmes noires qui me ressemblent ne prennent pas part à ce genre de relations»: c’est par cette phrase que Jennifer Carroll, la vice-gouverneure républicaine de l’État de Floride, a nié avoir eu une relation sexuelle avec son assistante de voyage.

En effet, Carletha Cole, une ancienne assistante administrative, accuse Jennifer Carroll de l’avoir licenciée parce qu’elle avait surpris la vice-gouverneure de Floride «la jupe relevée» face à une assistante de voyage «à genoux». Mme Cole a souhaité passer son récit au détecteur de mensonge et a fourni au magazine Mother Jones un document attestant la véracité de ses dires.

Auparavant, Carletha Cole avait été arrêtée pour avoir divulgué l’enregistrement d’une conversation téléphonique entre John Konkus, le chef de cabinet de Mme Carroll, et un journaliste du Florida Times-Union. D’après le Tampa Bay Times, la conversation tournait autour de «drames internes au bureau». Carletha Cole risque jusqu’à 5 ans de prison. Elle avait été licenciée en septembre 2011 après avoir critiqué le bureau de la vice-gouverneure dans le Florida Times-Union. Selon les versions, Carletha Cole est peinte comme une innocente lanceuse d’alerte ou comme une ancienne employée en quête de revanche.

La vice-gouverneure a répondu à sa manière aux allégations de Carletha Cole: «Le problème c’est que quand vous avez ces accusations qui sortent, ce n’est pas seulement une personne que vous attaquez. C’est une famille entière. Mon mari ne veut pas entendre ça. Il sait le genre de femme que je suis et mes enfants connaissent le genre de femme que je suis. Depuis 29 ans…».

«Je suis celle qui est mariée depuis 29 ans. L’accusatrice est celle qui est célibataire depuis longtemps, donc uh uh! Habituellement, les femmes noires qui me ressemblent ne prennent pas part à ce genre de relations, uh uh!».

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Lt Governor speaks out about sex scandal accusations

Ces propos ont profondément choqué et entraîné une vague de réactions. Les Démocrates ont demandé des excuses et sur Twitter, le hashtag #ThisIsWhatALesbianLooksLike (Voilà à quoi ressemble une lesbienne) a drainé de nombreuses réponses pour témoigner de ce à quoi ressemblent les lesbiennes.

Parmi les réponses relevées par le Huffington Post, on trouve une lettre ouverte d’Alysia Gradney à l’élue républicaine:

«Chère vice-gouverneure Jennifer Carroll, en tant que lesbienne féminine noire (…) j’aimerais vous informer que les lesbiennes noires vous ressemblent parfaitement. (…)

En tant que fem je vis sur cette terre avec un sentiment d’invisibilité parce que certain-e-s partent du principe que je suis hétéro. En revendiquant mon identité fem et en parlant de l’invisibilité à laquelle je fais face, j’espère créer une existence plus sûre et plus libre pour les autres lesbiennes et femmes queer qui se définissent comme fem. J’espère ainsi faire contrepoids à l’influence de votre ignorance».

D’après la biographie publiée sur le site officiel du gouverneur de Floride, Jennifer Carroll s’est engagée dans l’armée américaine à l’âge de 20 ans comme mécanicienne aéronautique. Elle a gravi les échelons et obtenu de nombreuses médailles au sein de l’armée. Elle est mariée à Nolan Carroll et le couple a 3 enfants: Nolan II, Nyckie and Necho.

En septembre 2011, Jennifer Carroll avait vivement critiqué ceux/celles qui, dans les médias, attaquent Jésus, «promeuvent le Da Vinci Code» et se comportent comme «des dictateurs et des dirigeants socialistes».


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Carroll Blasts Media, Scientists, Da Vinci Code