L’agence américaine du médicament (FDA) a approuvé lundi 16 juillet Truvada comme premier médicament préventif contre le VIH. Truvada est un antirétroviral déjà utilisé chez les séropositifs. Il est produit par le laboratoire Gilead dont 84% du chiffre d’affaires concerne les ventes de médicaments contre le VIH.

UNE RÉDUCTION DE LA TRANSMISSION
Dans plusieurs essais en prévention, Truvada a montré qu’il permettait de réduire les risques d’infection d’une personne séronégative exposée. Chez les gays, c’est l’étude iPrex, conduite pendant 3 ans, qui a montré une réduction de 42% du risque d’infection avec Truvada. Dans cet essai, une réduction de l’ordre de 90% a été montrée chez ceux qui prenaient Truvada tous les jours, comme c’était prévu par le protocole. L’année dernière, une étude chez les couples sérodifférents hétérosexuels (Partners) a montré une réduction de 75% du risque d’infection.

RECOMMANDATIONS DES EXPERTS
La FDA a suivi le groupe d’experts qui, le 10 mai dernier, avait recommandé l’utilisation de Truvada pour les homosexuels masculins séronégatifs, pour les partenaires hétérosexuels séronégatifs vivant en couple avec un-e séropositif-ve et pour tous les individus «risquant d’être infectés en raison de leurs activités sexuelles». Mais l’agence souligne dans son communiqué que le médicament ne doit pas se substituer à l’usage de préservatifs et d’autres mesures de prévention comme le dépistage régulier et le traitement d’autres maladies vénériennes.

La décision de la FDA a pris tout le monde de court car on l’attendait pour la rentrée. Elle intervient quelques jours avant la Conférence mondiale sur le sida, qui débute dimanche 22 juillet à Washington. En France, les experts recommandent, sous certaines conditions, que Truvada soit rendu disponible chez les gays séronégatifs notamment (p. 20 du document en PDF téléchargeable ici).

QUE VA DEVENIR L’ESSAI IPERGAY?
Sur France Info ce matin, Jean-François Delfraissy, médecin spécialiste du sida à l’hôpital de Bicêtre, expliquait que «le message reste l’utilisation du préservatif […] mais ça ne suffit plus.

Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS) rappelait qu’en France, Truvada était testé dans l’essai Ipergay. L’autorisation de Truvada en traitement préventif devrait faire évoluer cet essai en cours, dans lequel des gays séronégatifs testent l’efficacité de Truvada pris à la demande contre un placebo. Le comité associatif de l’essai s’interroge sur l’opportunité de maintenir le bras placebo. L’association Warning demande d’ailleurs dans un communiqué de presse que le bras placebo soit supprimé et qu’on autorise Truvada en France, avec un remboursement par la Sécurité sociale.

De son côté, Act Up-Paris est beaucoup plus circonspect et se dit en colère contre cette décision: «laisserons-nous encore longtemps les lobbys du médicament dicter leurs règles à notre communauté, au mépris de notre santé?». En France, 6000 à 7000 personnes sont contaminées chaque année, dont la moitié sont des homosexuels masculins.