Porté par la députée ouvertement lesbienne Paola Concia, un document préparé par la Commission des Droits pour soutenir l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe crée des dissensions au sein du Parti démocrate (PD, gauche). Un vote lors du congrès samedi 14 juillet l’a décidé, le premier parti de gauche ne soutiendra pas l’égalité des droits.

Pour Paolo Patanè, président de l’association LGBT italienne Arcigay, le parti démocrate confirme ses penchants conservateurs: «Le non au mariage pour les couples de même sexe exprimé par le parti montre l’enracinement d’une élite qui refuse un renouvellement provenant d’en bas et révèle un échec total à jouer le rôle d’une gauche moderne et progressiste», déplore le militant, qui appelle les assemblées locales du parti à se dissocier du vote. «Qui porte atteinte à la revendication du mariage n’est pas crédible pour porter d’autres revendications d’égalité dans les domaines du travail, de la santé, de la citoyenneté.» Plusieurs politiques sont visé-e-s par la critique de Paolo Patanè: Pierluigi Bersani, le secrétaire général du PD, a en effet déclaré: «On ne peut pas voter pour ce document sur le mariage des couples homos parce que nous avons proposé un autre document sur les libertés civiles des LGBT». Rosy Bindi, plus conservatrice encore, a quant elle affirmé qu’il était impossible de soutenir le mariage car ce serait «contraire à la constitution».

Mais d’autres membres du Parti démocrate fustigent ouvertement cette décision: «Ce refus est irrespectueux et indigne, a déclaré le député Enrico Fusco. Certains politiques de droite sont plus gay-friendly que la majorité de ceux de gauche». Pour Ignazio Marino, il n’est pas «si révolutionnaire de prétendre que tous devraient être égaux, en particulier le jour de la prise de la Bastille». Dans une interview accordée à La Reppublica, le député considère que le problème ne vient pas des électeurs, ni même du secrétaire général, mais davantage de «certains cadres qui voient le monde à travers la lunette du XXe siècle, comme Rosy Bindi».

Le PD s’attire donc de vives critiques, et parmi elles, celle de Beppe Grillo, un humoriste, blogueur et militant italien particulièrement populaire en Italie, qui est allé jusqu’à comparer la prise de position de Pierluigi Bersani à celles du prédécesseur de Mario Monti: «C’est un signe de machisme et de vulgarité dont Berlusconi nous avait donné l’exemple, mais évidemment le pire n’a pas de limites».

Un aperçu de l’ambiance électrique lors de cette assemblée:

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez sur Gay fanno casino al congresso PD. Bindi con andatura da boss

Photo Capture