Lundi 16 juillet, Jean-Claude Roger Mbédé (aux côtés d’Alice Nkom sur la photo) a été remis en liberté. Dénoncé comme étant homosexuel, il avait été condamné en mars 2011 à trois ans de prison à Yaoundé. Interviewé sur RFI, son avocat Michel Togué s’est montré optimiste et a parlé d’une «victoire»: «Ce n’était pas la première demande de remise en liberté que nous avons introduite à la cour. (…) C’est un combat permanent et nous pensons que les cultures vont évoluer». L’affaire est désormais en appel.

En janvier dernier, Jean-Claude Roger Mbédé et six autres hommes détenus pour les mêmes raisons avaient adressé un message de vœux depuis leur prison pour encourager les associations à ne pas baisser les bras: «votre soutien représente pour les LGBT du Cameroun en général, et pour nous en particulier qui sommes en prison… l’Espoir. L’espoir de sortir un jour de cette prison dans laquelle nous avons été jetés, mais aussi l’espoir qu’un jour les LGBT pourront marcher en toute liberté au Cameroun, la tête haute… Sans humiliation».

Photo Adefho