À compter du 1er septembre 2012, les collaborateurs/rices de SFR, en couple avec une personne de même sexe qui vient d’avoir un enfant, pourront bénéficier d’un congé de parentalité de 11 jours calendaires. Sous réserve d’une ancienneté de plus de six mois, leur rémunération sera maintenue pendant le congé. Cette décision, annoncée le 10 juillet 2012, fait suite à plusieurs mois de préparation.

Pour lire la suite de l’article, vous devez être inscrit-e ou vous connecter.

Lors du chat du 31 mai dernier sur Yagg Pro avec Sylvie Fondacci et David Simoes, d’HomoSFèRe, Sylvie avait expliqué la genèse de cette mesure: «En novembre 2011, un syndicat m’a invitée à la commission égalité professionnelle hommes/femmes, à la table des négociations à laquelle on a pu porter la revendication du congé de parentalité. Sans cette invitation, HomoSFèRe n’avait pas de légitimité à porter cette revendication à la table des négociations.»

«DÉMARCHE DE DIVERSITÉ»
Pour SFR, «cette démarche s’inscrit pleinement dans la politique de diversité de SFR, qui s’articule autour de plusieurs axes, allant de l’emploi et l’intégration des personnes en situation de handicap, à l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, en passant par l’emploi des séniors ou encore l’insertion professionnelle.» Le groupe, qui est le 2ème opérateur de télécommunications en France, emploie près de 10 000 collaborateurs.

D’autres entreprises ont déjà adopté cette égalité de traitement entre couples hétéros et homos, comme Eau de Paris. Les collectivités commencent elles aussi à suivre, telle la Mairie de Paris (lire Exclusif: La Mairie de Paris veut accorder un congé de parentalité aux homos).

Bientôt, lorsque les lois sur le mariage et l’adoption seront votées, c’est tout le monde du travail qui devra appliqué cette mesure, un pas de plus pour l’égalité des droits.