Hier, vendredi 6 juillet, à Toulouse, pour justifier son refus de voter une subvention au collectif Homodonneur (qui milite pour l’ouverture du don du sang aux hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes), Chantal Dounot-Sobraques, conseillère municipale (UMP) d’opposition a lancé en pleine séance du conseil municipal: «le vagin est fait pour les rapports sexuels, pas l’anus», provoquant «la stupéfaction de l’assemblée qui a oscillé entre rires et consternation pendant de longues minutes» rapporte La Dépêche.fr.

Celle qui fut adjointe à l’ex-maire UMP de la ville s’est défendue de tout propos homophobe: «Je m’exprimais sur le risque de transmission du VIH», a-t-elle déclaré à l’issue de la séance. Le groupe socialiste a, quant à lui, fustigé «la stigmatisation entretenue par une droite rétrograde», qualifiant la conseillère municipale «d’aboyeuse de l’UMP».