À la question «Est-ce que vous voterez pour le mariage gay (sic)?», Xavier Bertrand répond «Non», sans aucune hésitation. C’est ce qu’a déclaré le député de l’Aisne ce matin sur France Info (à partir de 5’17):

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Xavier Bertrand: la politique du gouvernement «va conduire à l’affaiblissement» de la France

«Je pense pour ma part qu’il faut savoir préserver les institutions, explique l’ancien ministre du Travail de François Fillon. Le mariage est une institution et il faut faire la différence entre l’institution qu’est le mariage – et pour moi c’est un homme et une femme –, et notamment l’union civile, le contrat d’union civile. Le pacs existe, est-ce qu’il y a des évolutions nécessaires? Oui, je le pense, mais il faut faire la différence entre le mariage et les autres formes d’unions.»

«C’est de l’ordre du symbole», demande la journaliste Mathilde Munos. «Non, les valeurs, les piliers de la société, c’est du symbole pour vous? Pas pour moi, s’indigne Xavier Bertrand.

«Quand on commence à affaiblir les repères, quand on commence à affaiblir les piliers, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait une perte de sens dans l’ensemble de notre société.

«Je conçois que ce n’est pas un sujet facile, je conçois que c’est un sujet qui transcende les clivages politiques, mais pour moi, le mariage ne peut pas être ouvert pour les homosexuels. Ça n’est pas ma conception. Je respecte les autres conceptions mais ça n’est pas la mienne.»

Après Jean-François Copé, c’est donc l’ancien secrétaire général de l’UMP, qui sera également reçu sur Europe 1 à 18h45, qui rappelle à Rachida Dati les idées du parti.

De son côté, interrogé hier dans les couloirs de l’Assemblée nationale par l’AFP, après le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault, Gilbert Collard, nouveau député Front national, qui n’a visiblement pas bien écouté ce qui se dit depuis plusieurs mois, a déclaré: «J’apprends qu’on va voter sur la question du mariage des homosexuels. Je n’ai rien contre quelque orientation sexuelle que ce soit, je les respecte toutes, mais je m’étonne qu’on ait un président de la République qui ne soit même pas marié et qui veut que tout le monde se marie. (…) Après, le débat aura lieu et on verra l’intérêt pour la société que les homosexuels se marient. Je pense qu’on va trop vite et qu’on cherche des effets d’annonce».