Décidément, c’est la saison des coming-outs. En moins de 2 semaines, la skieuse Anja Paerson, le journaliste Anderson Cooper, le chanteur Frank Ocean sont sorti-e-s du placard. La footballeuse Megan Rapinoe vient de s’ajouter à la liste.

La milieu de terrain offensive de l’équipe des États-Unis et des Seattle Sounders Women (avec Hope Solo, la gardienne phare de l’équipe nationale) avait entr’ouvert la porte il y a quelques semaines, dans un entretien à Kick TV. Dans un entretien au magazine américain Out, elle ne laisse plus aucune place au doute.

«J’ai l’impression que le milieu du sport, de façon général, est encore homophobe, en ce qu’il y a très peu d’athlètes out, explique-t-elle. J’ai l’impression que tout le monde attend des coming-outs avec impatience. Les gens veulent – ont besoin – de voir qu’il existe des gens comme moi qui jouent au football pour les bons vieux États-Unis d’Amérique.»

Megan Rapinoe fait son coming-out alors qu’elle est en pleine activité et en pleine gloire. Elle avait notamment brillé lors de la Coupe du monde 2011 où, survoltée, omniprésente sur le terrain (et tellement reconnaissable avec son casque blond). Les Américaines s’étaient hissées en finale où elles avaient perdu contre le Japon.

«Dans le sport féminin, si vous êtes homo, votre équipe le sait assez vite, dit-elle. C’est assez ouvert et très accepté. Dans le sport masculin, c’est différent. C’est triste.»

Elle ne cachait pas son orientation sexuelle, on ne lui a juste jamais posé la question, remarque-t-elle.

«Je pense que les gens essayaient de faire preuve de respect, et que c’est mon boulot de dire “je suis homo”. Ce que je suis. Donc, je suis homo, c’est officiel.»

Megan Rapinoe est en couple avec une footballeuse de l’équipe australienne depuis trois ans.

Megan, encouragée ici par son équipe de Seattle pour le tournoi olympique qui commence le 25 juillet:

Si vous ne voyez pas la vidéo, cliquez sur Sounders Women – Good luck in London.

Photos Out