Ils sont 82 parlementaires (sur 925) à avoir répondu à l’appel du député UMP Jean-Marc Nesme (à gauche sur le photo) et du sénateur UMP Dominique de Legge contre l’ouverture du mariage pour les gays et les lesbiennes et l’homoparentalité. Cette «entente parlementaire pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère » avait déjà été lancée en 2006 et avait recueilli 174 signatures .

« L’INTÉRÊT PARTICULIER D’UNE COMMUNAUTÉ »
Extrait choisi: « L’objectif de la loi ne peut être que l’intérêt général et non l’intérêt particulier d’une communauté. Il n’y a donc pas lieu de légiférer ici. » Ou bien: « Nous pouvons comprendre la souffrance de personnes qui n’ont pas d’enfant mais il ne nous paraît pas conforme à l’intérêt de l’enfant de permettre que sa filiation ne soit pas basée sur l’altérité sexuelle des parents. Cela en effet l’exposerait à des difficultés d’identification et de structuration de sa personnalité comme le souligne la grande majorité des pédopsychiatres. » Vous pouvez lire le texte complet sur le site Liberté Politique.

Parmi les signataires on retrouve bien entendu Christian Vanneste, mais aussi Serge Dassault, sénateur de l’Essone et propriétaire du Figaro, ou Etienne Pinte, député des Yvelines. Tous proviennent exclusivement de l’UMP ou du Nouveau Centre. La liste complète a été publiée sur le site « libéral-conservateur » Nouvelles de France, qui appelle ses lecteurs à se mobiliser pour faire signer le texte. Sur le même site, Jean-Marc Nesme précise qu’il s’agit d’une première liste, parce qu’il n’a « pas eu le temps de voir tout le monde ». L’objectif affiché est de faire pression sur l’UMP et le président de la République afin qu’ils n’incluent pas l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, ou une quelconque union civile dans le futur programme du parti pour l’élection présidentielle.