Prêtre à Malborough dans l’État de Queensland, en Australie, Paul Kelly n’a rien d’un activiste en faveur des droits des personnes LGBT. Il a pourtant lancé une pétition en ligne il y a 23 jours contre une loi homophobe et a déjà recueilli plus de 11000 signatures. Ce membre du clergé catholique a été très choqué lorsque deux hommes ont commis un meurtre à quelques pas de sa paroisse il y a deux ans.

Mais ce qui l’a révolté, c’est qu’ils ont fait appel à la «gay panic defence» lors de leur procès. En vertu de cette provision légale, une circonstance atténuante peut être retenue en faveur d’un meurtrier s’il est prouvé que sa victime du même sexe lui avait fait des avances. D’après cette loi, vieille du XVIIe siècle, cela justifie un accès de folie passagère qui peut conduire au meurtre. Une forme de légitime défense, en somme. Dans cette affaire, cette mesure n’a pas été appliquée en faveur des meurtriers, mais ils ont été acquittés.

Pour le père Paul Kelly, il est tout bonnement «intolérable» qu’une «loi aussi révoltante discrimine ouvertement les personnes homosexuelles». Cette constatation l’a poussé à mettre en ligne il y a trois semaines une pétition contre cette mesure. Grâce au bouche-à-oreille et en sollicitant ses paroissiens via le site de son église, il a pu toucher un large public. Les 11000 signatures qu’il a recueillies lui permettront de soumettre son initiative à Campbell Newman, leader de l’opposition au parlement de Queensland, qui la présentera aux élus locaux. Paul Kelly a par ailleurs invité les signataires à poster un message sur la page Facebook de cet homme politique.

Le prêtre précise en outre qu’il a essayé d’alerter le gouvernement de l’État, chargé de la politique judiciaire. Toutefois, on lui a opposé une fin de non-recevoir, arguant que cette loi n’est qu’une «lacune théorique» inusitée. Le père Paul Kelly n’a pu s’empêcher de remarquer que cette «lacune» a déjà été utilisée par deux fois récemment.

Via PinkNews

Photo Capture YouTube