C’est le moment de répondre à la nouvelle enquête de Out Now, LGBT 2020, qui a lieu dans plusieurs pays et qui permet de mieux connaitre les modes de vie et les attentes des LGBT. Ian Johnson, fondateur de l’agence de conseil,  répond aux questions de Yagg et présente les principaux enseignements de l’enquête 2010, à laquelle 500 personnes sur Yagg et plusieurs milliers dans le monde avaient répondu.

Quel est l’objectif principal de cette enquête?
Notre objectif avec Out Now LGBT2020 est de créer une enquête internationale capable de mesurer ces questions entre les pays au même moment et dans les pays au fil du temps. Il y a beaucoup à découvrir et le projet évolue chaque année. En 2012, nous avons ajouté l’Italie, l’Espagne, Israël et la Turquie aux autres pays et nous disposons d’un échantillon des personnes LGBT dans 25 pays au total. Il n’y aura jamais un recensement parfait de toutes les personnes LGBT, mais notre but est de construire et d’améliorer constamment cette enquête qui n’a pas d’équivalent.

Pourquoi est il si important d’avoir des informations sur les gays et les lesbiennes, les personnes bi et les trans?
Il y a encore beaucoup de désinformation au sujet des personnes LGBT. Out Now célèbre en 2012 son notre 20e anniversaire – et nous avons vu quelques améliorations dans la compréhension de la vie des personnes LGBT, mais le niveau de connaissance générale des problèmes auxquels nous devons faire face dans la communauté – le coming-out au travail, la violence et le harcèlement, les relations sociales, la parentalité, l’éducation, les revenus, le pouvoir d’achat – sont encore souvent mal compris dans les discussions du grand public au sujet des LGBT.

Comment gérez-vous la confidentialité des données?
De toutes les manières possibles. Nous apprécions beaucoup celles et ceux qui prennent la peine de nous aider à construire la plus grande étude de recherche sur les LGBT et la confidentialité est primordiale dans ce domaine. Les internautes peuvent visiter le site web et remplir le questionnaire en toute confidentialité en ne laissant aucune information d’identification. Si certain-e-s ont envie de s’inscrire pour gagner un de nos prix pour les répondants, ils et elles peuvent donner leur nom et email. Si des personnes veulent participer à l’avenir aux autres enquêtes d’Out Now de recherche ou recevoir des offres promotionnelles, elles peuvent remplir la case prévue à cet effet. Plus important encore, dans tous les cas, Out Now ne partage jamais les informations des répondants avec une quelconque autre organisation. Les personnes remplissant l’enquête ne recevront jamais aucun spam en raison de leur participation.

L’année dernière, les lecteurs et lectrices de Yagg ont beaucoup répondu à l’enquête? Y a-t-il des différences dans les questions cette année?
L’enquête propose des questions de base chaque année, pour mesurer si les choses ont changé. En outre, nous ajoutons de nouvelles questions pour voir ce que nous pouvons apprendre sur des sujets qui n’ont pas été traités auparavant. Cette année, les répondant-e-s peuvent donner leur avis sur ce qu’ils et elles pensent des entreprises qui tentent de les cibler en tant que client-e-s. Nous incluons également des questions ouvertes pour voir quelles sont les questions les plus importantes pour les répondants LGBT vivant en France en 2012.

Comment voyez vous l’évolution de la communauté LGBT à travers les résultats de l’enquête?
Nous ne sommes qu’au début d’un projet de dix ans avec LGBT 2020 mais déjà nous voyons certaines différences très distinctes. Ainsi, en France, les LGBT déclarent une moins bonne relation au travail que les LGBT des pays voisins comme les Pays-Bas, l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Les LGBT en France sont très préoccupés par le coming-out sur leur lieu de travail car ils craignent que leurs perspectives de promotion souffrent si tout le monde au travail sait qu’ils sont LGB ou T.

Quelles sont les principales ressemblances et les différences entre les LGBT aux États-Unis ou en Australie et la communauté LGBT en France?
En France, les LGBT ont des expériences beaucoup plus difficiles au travail que les LGBT américains ou australiens. Par exemple, nous demandons si les gens ont fait leur coming-out au travail. Aux États-Unis, 44% des répondants disent qu’ils peuvent être «out» avec tout le monde au travail, en Australie, ce pourcentage est supérieur à 58%, alors qu’en France seulement 30% des répondants sont «out» avec tout le monde au travail. En Australie, en 2011, 41% des répondants ont déclaré qu’ils seraient à l’aise pour demander à un employeur potentiel, au cours d’un entretien d’embauche, quelle est sa politique d’emploi des personnes LGBT alors qu’en France, ce chiffre n’est que de 26%. Au sujet du tourisme, il y a en revanche une grande similitude. New York est la destination n° 1 des voyages touristique pour les répondants de France, d’Australie et de la plupart des pays européens. Les répondants de plusieurs pays d’Amérique latine place Paris numéro un, devant New York.

Yagg est partenaire de l’enquête OutNow LGBT2020. Merci d’y répondre nombreuses et nombreux afin de faire entendre votre voix et de nous aider à mieux cerner vos attentes et vos besoins. D’avance merci.

Cliquez ici pour répondre à l’enquête OutNow LGBT 2020

soutien yagg