Curieusement, l’interview est passée inaperçue. Pourtant, dans le dernier numéro du magazine Lyon Capitale, l’archevêque de Lyon et primat des Gaules, le cardinal Philippe Barbarin, se permet de faire une comparaison odieuse pour redire son opposition aux LGBT et à l’égalité des droits.

«ÇA VA VRAIMENT TRÈS VITE, IL Y A UN CERTAIN EFFROI»
Questionné sur le manière dont les jeunes catholiques doivent se confronter aux questions de société, le cardinal dramatise: «Après, reste l’ambiance, le contexte social, et ce changement assez incroyable auquel on assiste avec l’arrivée du pacs, du mariage homosexuel, des familles décomposées, recomposées, etc. On se dit: Que se passe-t-il? Ça va vraiment très vite… Il y a un certain effroi».

Bref, on en n’est pas encore à l’Apocalypse mais presque. Heureusement, les fidèles peuvent compter sur le soutien divin: «Au fond, je n’ai pas peur car la parole de Dieu et l’enseignement de l’Église nous donnent des repères clairs, solides et durables», confie l’archevêque. Ouf, les fidèles angoissé-e-s par ce tableau anxiogène peuvent respirer: il suffit de lire la Bible et d’obéir aux principes de l’Église pour être sauvé-e.

Les choses se corsent quand le cardinal aborde l’homosexualité ainsi que le combat pour l’égalité des droits: «En outre, je constate que chaque génération produit des anticorps dont elle a besoin. Devant une agression microbienne, notre corps sait se défendre, et du point de vue spirituel, c’est pareil». Une petite phrase qui rappelle les propos d’un autre cardinal, également archevêque et primat, Mgr Léonard. En 2010, le chef de l’Église belge s’est illustré en comparant l’homosexualité à l’anorexie puis en prétendant que le sida était «une forme de justice immanente». Poursuivi en justice pour ces propos, il a pour le moment échappé à toute condamnation (lire Belgique: Le combat obstiné d’un avocat gay contre les propos homophobes de Mgr Léonard).

«CE N’EST PAS UN PARLEMENT QUI VA CHANGER LA VÉRITÉ DE L’HOMME»
Quand il lui est demandé de préciser le sens de sa comparaison, l’archevêque de Lyon esquive et fait cette prédiction: «Je vous le dis: ce n’est pas un Parlement qui va changer la vérité de l’homme. La Bible, c’est une parole de vie, de vérité, qui traversera tous les siècles, malgré les aléas de l’histoire».

Pour illustrer son propos, Mgr Barbarin se réfère à la Bible: «À la première page, on nous dit que Dieu nous a créés homme et femme, puis Jésus enseigne que l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et tous deux ne formeront qu’une seule chair. Cette parole de Dieu a une valeur éternelle et ne va pas être modifiée par une loi votée au Canada, au Portugal, en Espagne ou ailleurs».

Mgr Barbarin n’en est pas à sa première polémique concernant l’homosexualité et l’égalité des droits. En 2007, il est l’artisan d’une déclaration interreligieuse contre l’ouverture du mariage aux homos et l’homoparentalité. Le texte, signé par les représentants des cultes musulman, juif, protestant, orthodoxe et arménien de la ville, est dénoncé par les principales autorités religieuses.