Après quasiment deux ans d’absence, le fanzine gay Butt publie ces jours-ci son n°29 (automne-hiver 2011) et ce sera son ultime numéro, son chant du cygne, annoncent ses deux fondateurs Gert Jonkers et Jop van Bennekom.

CONTRE-PROGRAMMATION
En l’espace de 10 ans, Butt aura à coup sûr marqué le paysage des publications gays. Face à l’imagerie homo standardisée des années 90 (le Ken épilé au sourire Ultra Brite, pour aller vite), le fanzine sur papier rose pas du tout glacé a joué la contre-programmation totale en misant sur le mélange des styles (bears, twinks et boys next door en tout genre), les interviews déjantées hors promo, les photos de lecteurs à poil côtoyant celles des people… à poil aussi.

En s’inspirant d’illustres prédécesseurs (le mythique Straight To Hell, qui existe toujours, Magazine, etc.), Butt a réussi à accommoder l’esprit libertaire des années 70 et du début des années 80 à la sauce des années 2000.

FASHION ET CUL
À la fois fashion et cul, Butt a offert de belles rencontres dans ses pages tout au long de ces 10 ans d’existence: Edmund White, Gore Vidal, Marc Jacobs, Casey Spooner, John Waters, Terence Koh, Slava Mogutin…

1er numéro-dernier numéro

L’immense photographe allemand Wolfgang Tillmans avait signé la couverture du premier numéro (avec le fashion designer Bernhard Willhelm comme modèle). La boucle est bouclée: c’est ce même Tillmans qui est à l’œuvre pour la double couverture du dernier numéro, avec le über-troublant Karl en close-up.

Butt continue sur le web, avec notamment une communauté de membres, des bons plans, etc. Merci messieurs pour ce bel objet dont l’attrait fétichiste est décuplé depuis que l’on sait qu’il est désormais devenu collector. Pour de bon.

Une dernière image, du dernier numéro, pour la route:

Chris. Photo: Andreas Larsson