«En tant qu’élu par les citoyen-ne-s, vous avez un devoir de veille et de condamnation de tout acte discriminatoire ou haineux à l’encontre d’une catégorie de la population en raison d’une caractéristique personnelle (sexe, couleur de peau, âge…). De la même façon que vous condamnez les atteintes aux personnes fondées sur l’une de ces caractéristiques, nous vous demandons de condamner publiquement l’homophobie.» Dans une lettre commune, les associations LGBT Réunion, SOS homophobie et Le Refuge demandent aux responsables politiques locaux de s’engager officiellement contre l’homophobie.

Rappelant qu’en 2010, SOS homophobie a reçu 4 témoignages de victimes d’homophobie par jour, soit près de 1500 sur l’année, le courrier n’exige aucune prise de position réellement politique (il n’est question ni de mariage, ni d’homoparentalité, ni de genre, les sujets qui fâchent en ce moment), juste une condamnation de l’homophobie.

«L’homophobie est un délit puni par la loi – elle constitue une circonstance aggravante dans les cas d’agression verbale ou physique – mais beaucoup trop de ceux qui nous représentent et nous gouvernent ne s’emparent pas du sujet, expliquent les associations. De manière à dissiper tout doute vous concernant, nous vous invitons vous aussi à la condamner publiquement, soit par voie de presse, soit en nous répondant directement.»

LGBT Réunion, Le Refuge et SOS homophobie s’engagent à saluer publiquement les prises de position des élu-e-s destinataires de la lettre, et, a contrario, «en l’absence de réponse dans un délai décent et recevable», à «considérer que pour des raisons politiques, ou liées à [leurs] propres convictions, »ils/elles] ne désire[nt] pas [se] prononcer contre l’homophobie» et à le faire savoir.

Les destinataires de la lettre:
Didier Robert, Président de région;
Nassimah Dindar, Présidente du conseil général;
Gilbert Anette, maire de Saint-Denis;
Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre et sénateur;
Huguette Bello, maire de Saint-Paul et députée;
Eric Fruteau, maire de Saint-André;
Jean-Claude Fruteau, maire de Saint-Benoit et député;
Claude Hoarau, maire de Saint-Louis;
Thierry Robert, maire de Saint-Leu;
Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph et député;
Paulet Payet, maire du Tampon;
Jean-Yves Langenier, maire du Port;
Yolande Pause, maire de Sainte-Suzanne;
René-Paul Victoria, député
Jacqueline Farreyrol, sénatrice;
Paul Vergès, sénateur;
Michel Vergoz, sénateur;
ainsi que les représentants des religions catholique, tamoule et musulmane.