Ils sont six, ils ont la trentaine, ils sont secrétaires nationaux/nationales de l’UMP (qui en compte environ 200), deux appartiennent également au conseil d’administration de GayLib. Sébastien Chenu, Samia Badat, Frédéric Bouscarle, Nathalie Fanfant, Stéphane Jacquot et David-Xavier Weiss (dans cet ordre sur la photo) ont signé hier, mardi 22 novembre, une tribune publiée sur lexpress.fr, invitant Nicolas Sarkozy, dont ils et elles espèrent qu’il sera le candidat de l’UMP à l’élection présidentielle de 2012, à inclure l’ouverture du mariage aux couples homos dans son programme.

SUR LES PAS DE DAVID CAMERON
«Nous sommes cette génération de trentenaires engagés autour de Nicolas Sarkozy, secrétaires nationaux de l’UMP aux parcours et profils différents, élus ou aspirant à le devenir, qui souhaite contribuer au débat et au projet de l’UMP et dessiner la France de l’après-crise, cette France dans laquelle nous vivrons, en laquelle nous croyons, et que, certainement, nous gérerons, écrivent les signataires de la tribune. (…) Attachés à la famille et à l’institution du mariage, comme [le Premier ministre britannique David] Cameron, nous croyons profondément qu’une société est mieux construite lorsqu’elle soutient les preuves d’engagement et les solidarités interfamiliales. Nous soutenons bien l’ouverture du mariage à tous parce que nous sommes gaullistes, centristes, libéraux, conservateurs, républicains, sociaux, progressistes et… sarkozystes! Eh oui, nous souhaitons voir notre pays et notre majorité légiférer en ce sens. La droite s’en honorerait, dans un esprit de réforme et de liberté, à l’image de Mariano Rajoy, qui, en Espagne, ne reviendra certainement pas sur cette disposition.»

«La France de l’après-crise ne ressemblera pas à celle que nous quitterons, poursuit le texte. Bousculée, elle devra poser de nouveaux repères, des bases solides pour construire un avenir plus harmonieux. (…) Notre position est responsable, notre pays est désormais prêt à cette reconnaissance, il a évolué et une large majorité de Français y est favorable.»

«IL FAUT PARFOIS DÉPASSER LES APPRÉHENSIONS DE SA PROPRE FAMILLE POLITIQUE»
Parmi les signataires, David-Xavier Weiss, qui, en juillet dernier, avait porté plainte contre Le Canard enchaîné pour atteinte à la vie privée et diffamation (lire Outing: David-Xavier Weiss porte plainte contre «Le Canard enchaîné»). «Il est important pour nous six, après la position de Franck Riester [qui avait voté pour l’ouverture du mariage en juin dernier, ndlr], ou celle de Chantal Jouanno ou encore de Benjamin Lancar de montrer que la nouvelle génération, les trentenaires de l’UMP, est en phase avec les Français qui sont très majoritairement pour le “mariage gay”, a-t-il expliqué à Yagg. Nous ne sommes pas dans le camp des conservateurs mais des progressistes, je considère même que cette question est “dépassée”! Dans les années à venir le “mariage gay”, comme dans beaucoup d’autres pays européens, sera instauré en France, soyons donc dans le bon tempo. Sur les questions de société – rappelons-nous des débats lors de l’abrogation de la peine de mort en 1981 – il faut parfois dépasser les appréhensions de sa propre famille politique.»

«CONFORTER LEUR ÉLECTORAT PARFOIS CONSERVATEUR»
La tribune précise néanmoins qu’il «n’en est certes pas de même sur tous les sujets – celui de l’adoption fait encore débat et il n’est donc pas utile de le lier, à ce stade, à la reconnaissance du mariage pour tous». Séparer les questions d’accès à la parentalité de celle du mariage n’est pas absurde stratégiquement, mais quid des enfants qui vivent déjà dans des familles homoparentales? «Je crois qu’il faut sortir et de l’hypocrisie et du flou juridico-législatif, répond David-Xavier Weiss. À ceux qui parlent de l’intérêt de l’enfant, je demande s’ils s’y intéressent vraiment ou s’ils veulent simplement conforter leur électorat parfois conservateur. En effet, bon nombre de personnes, après un premier mariage “hétérosexuel”, fondent un second foyer composé de deux hommes ou de deux femmes avec à charge les enfants issus du premier mariage, ou issus d’une adoption par l’un des deux. Leur offrir à eux et à leurs enfants un cadre, appelons-le comme on veut, garantissant à l’enfant une sécurité sur le long terme, un cadre pérenne. Il peut, en effet, arriver que l’une de ces deux figures parentales décède ou tombe gravement malade, laissons à son nouveau conjoint le soin de poursuivre l’éducation de l’enfant sans ajouter une désorientation à la peine qu’occasionnerait cette situation. Réfléchissons à un statut de tuteur secondaire par exemple. On ne peut pas raisonner qu’en termes d’égalité fiscale, puisqu’aux yeux du fisc, en revanche, un couple gay pacsé, est un “foyer fiscal”.»

«LE MOMENT VENU»
Pas sûr que Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, ait bien compris la démarche. Interrogé par l’AFP en marge de la convention nationale du parti, Jean-François Copé a jugé l’initiative «parfaitement respectable», précisant que le sujet du mariage «sera évoquée dans le cadre de la campagne électorale comme un élément de débat du projet». «C’est un débat politique qu’on aura le moment venu», a-t-il ajouté. À l’évidence, pour l’UMP, le «moment venu» est toujours demain. En juin, lors du débat à l’Assemblée nationale, seul-e-s 9 député-e-s UMP avaient voté pour la proposition de Patrick Bloche visant à ouvrir le mariage aux couples gays et lesbiens.

[mise à jour, 19h11] Selon Europe 1, Benjamin Lancar aurait dû faire partie des signataires de cette tribune, mais l’UMP lui aurait demandé de se retirer.

Photos UMP