cameroun-drapeau

Arrêtés le 25 juillet à Yaoundé (lire Cameroun: Trois hommes arrêtés pour «homosexualité»), Jonas, 19 ans, et Franky, 20 ans, ont été condamnés hier, mardi 22 novembre, à cinq ans de prison ferme pour homosexualité, rapporte RFI. À cette peine s’ajoutent une amende de 200000 francs CFA (environ 300€) et des frais de justice non payés, transformés en 12 mois de détention supplémentaire.

Hilaire, l’homme d’une quarantaine d’années qui avait été interpellé en même temps que les deux mineurs mais libéré «en raison de problèmes de santé», n’était pas présent à l’audience. Il a été condamné aux mêmes peines et un mandat d’arrêt a été émis à son encontre.

Le tribunal a donc choisi d’appliquer la peine maximale, sans interroger le ministère public sur la peine requise ni donner la parole à la défense sur cette peine, explique RFI.

«C’est une mauvaise décision parce qu’il y a eu une violation flagrante des dispositions de la loi», a affirmé à l’AFP leur avocat, Me Michel Togué, selon lequel l’attitude et les commentaires du juge tout le long des débats laissaient transparaître qu’il est homophobe. Me Togué a fait appel de la décision.

Les quatre autres hommes inculpés pour homosexualité le 26 août attendent toujours en prison. En septembre, Me Alice Nkom avait lancé un cri d’alarme au sujet des arrestations en série au Cameroun. Son appel au président Paul Biya, relayé par AllOut.org et soutenu par Robert Badinter, a reçu à ce jour près de 67500 signatures.