Alors que les critiques français-e-s évitent de parler de «féminisme», c’est le «racisme» que les allemand-e-s ignorent, constate Céline Jayrome Robinet sur son blog.

Photo Pascal Victor