Hier, dimanche 13 novembre, de 18h10 à 19h, Jean-Pierre Chevènement était l’invité de Radio France Politique sur les antennes de Radio France. Le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), candidat à la présidentielle de 2012, a réagi au mariage symbolique de Guillaume et Patrick célébré par le maire de Cabestany (Pyrénées-Orientales) samedi dernier. «Je ne vois plus que les curés et les homosexuels pour demander à se marier», a-t-il déclaré après avoir rappelé qu’il avait été à l’origine du contrat d’union civile, «l’ancêtre» du pacs, avec Jean-Pierre Michel et Georges Sarre dans les années 90, et qu’il était «évidemment contre l’homophobie» (sic).

«PRÉOCCUPATIONS DES COUCHES POPULAIRES»
S’agissant de l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, Jean-Pierre Chevènement ne «voi[t] pas en quoi du point de vue des enfants cela apporterait quelque chose». Et d’ajouter: «Il faut toujours se placer du point de vue de l’intérêt de l’enfant. Je ne pense pas que cela soit une avancée, et je pense que la gauche finit par oublier les préoccupations des couches populaires, les problèmes de chômage, d’emploi, de logement, d’école, de sécurité en mettant en avant des thèmes de type sociétal. Je pense que c’est une conversion qui correspond à un changement d’électorat, je ne pense pas qu’il faille aller trop loin dans ce sens, bien que je sois naturellement ouvert à toutes les nouveautés, mais je demande qu’on y réfléchisse, qu’on donne des arguments convaincants».

Dans un communiqué, la fédération LGBT Total Respect «dénonce une position populiste» ainsi qu’«une vision incroyablement rétrograde des personnes LGBT qui connaissent quotidiennement des “problèmes de chômage, d’emploi, de logement, d’école et de sécurité”, aggravés par les discriminations légales dont elles sont encore l’objet, et qui appartiennent en majorité aux “couches populaires”».

L’extrait en question dans la vidéo ci-dessous, à partir de 30min 53s:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Jean-Pierre Chevènement à Radio France Politique.