Ouvertement lesbienne depuis l’âge de 12 ans (en 1945), Barbara Grier, cofondatrice, avec sa compagne Donna McBride, en 1973, de Naiad Press, l’une des premières et plus importantes maisons d’édition lesbiennes des États-Unis, voulait toucher les lesbiennes dans le placard, où qu’elles se trouvent en Amérique. Elles aussi ont le droit de lire des livres sur leurs vies, expliquait-elle lorsque l’on comparait Naiad Press à Harlequin, rappelle Victoria Brownworth sur le site de Lambda Literary.

Naiadpress barbara grier donna mcbride

au centre, Donna McBride, la main posée sur celle de Barbara Grier, lors du 20e anniversaire de Naiad Press, en 1993 (Photo DR)

«Grier a construit l’industrie de l’édition lesbienne», souligne Victoria Brownworth dans sa nécrologie. Elle a été la première à donner leur chance à Katherine V. Forrest (publiée en France aux éditions Dans L’Engrenage et H&O), Sarah Schulman, Karin Kallmaker et Claire McNab (aux éditions KTM)… Mais si Naiad Press est surtout connue pour ses romances et ses polars, Barbara Grier a aussi édité Renée Vivien, Gertrude Stein et le livre Lesbian Nuns: Breaking Silence (Ma sœur, mon amour), de Rosemary Curb et Nancy Manahan, qui recense les témoignages d’une cinquantaine de religieuses sur leurs relations amoureuses. L’ouvrage, paru en 1985, fit évidemment scandale.

En 2003, Barbara Grier et Donna McBride ont décidé de prendre leur retraite et ont vendu le fonds de Naiad Press à Bella Books.

Barbara Grier est morte le 10 novembre à Tallahassee, en Floride. Elle avait 79 ans.

Photo DR