C’est un cadre (anonyme) de l’UMP qui l’aurait dit au site Atlantico: ««Il n’y a pas beaucoup de sujets de société sur lesquels Nicolas Sarkozy sera en mesure de proposer une avancée significative pendant la campagne. Il ne bougera pas sur la dépénalisation du cannabis, rien sur le vote des étrangers ni sur l’homoparentalité. Le seul truc auquel il réfléchit, c’est le mariage homo».

Cette réflexion (dont on notera qu’elle distingue mariage et famille, comme si les deux sujets n’étaient pas liés) découlerait des récentes déclarations de David Cameron (lire David Cameron: «Je soutiens le mariage gay parce que je suis conservateur»). «Le probable candidat de la majorité en France pourrait-il s’inspirer de cette initiative et introduire dans son programme des éléments allant dans le sens de plus de reconnaissance du couple homosexuel?», s’interroge Yves Derai sur Atlantico.

Voilà qui déplairait à la Droite populaire, et à Christine Boutin qui, cette fois, ne devrait pas retirer sa candidature (lire En 2007, Nicolas Sarkozy a promis à Christine Boutin qu’il n’autoriserait pas le «mariage homosexuel»), tout en privant la gauche, pour qui la question du mariage et, dans une certaine mesure, celle de l’homoparentalité (hors GPA) semblent réglées depuis longtemps, d’un des points essentiels de son image de modernité. À condition, bien sûr, que Nicolas Sarkozy réussisse à convaincre qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle promesse de campagne, dont on a pu juger depuis 2007 le poids qu’il leur accordait.

Photo Nicolas Sarkozy lors du G20 à Cannes (capture de la vidéo de la conférence de presse du 4 novembre)