Google, Starbucks, Levi Strauss, Microsoft, Nike, Xerox, la chambre de commerce de Boston, les villes de New York, Boston et Cambridge… 70 entreprises, organisations et municipalités, parmi les plus importantes des États-Unis, se sont jointes à une plainte déposée contre le Defense of Marriage Act (DOMA), qui interdit la reconnaissance au niveau fédéral des mariages de couples gays et lesbiens.

C’est en tant qu’employeurs qu’elles interviennent, expliquent-elles. Implantées dans des États qui autorisent les couples de même sexe à se marier, elles sont soumises à un double régime (d’un côté celui de leur État, de l’autre le DOMA) inutilement lourd, coûteux et complexe, qui les «oblige à exercer des discriminations à l’encontre de certain-e-s de [leurs] employé-e-s légalement marié-e-s, dont le bien-être et le moral influent en partie sur [leur] succès». Ainsi, pour respecter la loi, les employeurs n’ont pas d’autre choix que de trier leurs employé-e-s marié-e-s selon qu’ils ou elles sont en couple homo ou hétéro, ou doivent trouver des façons de contourner les obstacles imposés par ce double régime. Et de remarquer: «Le poids est encore plus onéreux pour les petites entreprises», qui n’ont pas les moyens de payer des consultants, ce qui pourrait les refroidir au moment de l’embauche d’une personne en couple homosexuel.

«C’est la première fois que des entreprises et des organisations s’unissent pour envoyer un message qui devrait être audible par le législateur (…), selon lequel une loi discriminatoire est mauvaise (…) pour l’économie», souligne Dan Rafter, de Human Rights Campaign, dans une tribune publiée sur The Huffington Post.

Via Yiu.