Si à Dijon et à Paris, les rassemblements ont été modestes, à Lille, les organisateurs se disent très satisfaits, au soir du samedi 5 novembre. L’idée d’organiser des rassemblements contre l’homophobie dans plusieurs villes est venue à Pascal Barbarin, salarié de Aides, après le meurtre d’un jeune homosexuel en Écosse. Sur la page Facebook en soutien au chanteur Monis, les bonnes volontés se sont exprimées. Selon Pascal Barbarin, il y avait à Paris 60 manifestants (photo), dont des militants de quatre  associations (Aides, Contact,Pari-T, Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence). Stéphane Martinet, maire adjoint du XIe arrondissement, Louis Georges Tin du comité Idaho et David Auerbach Chiffrin de Tjendé Rèd étaient également présents.

À Dijon, la presse régionale s’est fait l’écho du rassemblement. Selon Le Bien Public, la manifestation « n’a pas réuni beaucoup de monde ». Une dizaine de personnes ont distribué des tracts sur la place de la Libération.

PLUS DE 200 PERSONNES À LILLE
Lille a été beaucoup plus militante et la presse a largement relayé la manifestation. Sur Facebook, Frank Danvers de la LGP Lille, écrit: « Superbe après-midi à Lille. Plus de 200 personnes ont répondu présent. Le cortège a démarré à 16h, nous avons effectué une boucle dans les rues du centre-ville pour revenir à République à 17h20.
 Nous avons défilé avec comme slogans: « Crimes homophobes, on n’en veut pas, agressions homophobes, on n’en veut pas, mariage pour tous: oui, oui, oui!!! », ou encore: « Pourquoi tant de haine pour de l’amour? ».

Dalila Dendouga,  adjointe en charge des Droits de l’Homme à la mairie de Lille, était présente, ainsi que plusieurs associations dont SOS Homophobie et L’Égide.

Si vous avez des infos sur les rassemblements organisés dans d’autres villes, merci d’utiliser l’espace commentaires.

Photo Pascal Barbarin