Meurtre homophobe ou pas? La police a arrêté la semaine dernière un jeune homme de 18 ans, Ryan Esquierdo, soupçonné d’avoir assassiné Stuart Walker, un barman gay de 28 ans, à Cumnock, en Écosse. Le 22 octobre, la découverte du corps brûlé et couvert de blessures qualifiées d’«horribles» avait bouleversé le pays, et au-delà des frontières (plusieurs rassemblements de protestation sont organisés ce samedi 5 novembre en France, on y revient très vite sur Yagg). Le Premier ministre britannique David Cameron avait appelé le public à aider la police dans ses recherches et l’affaire avait été évoquée au Parlement.

Présenté devant le tribunal en début de semaine, Ryan Esquierdo n’a fait aucune déclaration, et n’a pas non plus demandé à être libéré sous caution. Il devrait comparaître à nouveau la semaine prochaine, selon son avocat, Gerry Tierney, cité par The Scottish Sun.

Au moment du meurtre, plusieurs médias avaient mentionné le fait que Stuart Walker avait été accusé d’agression sexuelle sur un garçon de 12 ans, comme s’ils ne pouvaient pas s’empêcher d’associer homosexualité et pédophilie, et ce, alors que les accusations étaient mensongères et avaient été formulées sans doute par vengeance par le père de l’enfant, rapporte le quotidien écossais Daily Record.

La police ne s’est pas encore prononcée sur la possible motivation homophobe du meurtre de Stuart Walker, au grand dam de la Gay Police Association (GPA). Pour Alan Sneddon, porte-parole de l’association, «il n’est pas nécessaire de prouver le mobile avant de le traiter comme un crime de haine».

Photo DR