Son coming-out avait ému et aidé, et pas juste au Pays de Galles. Le rugbyman Gareth Thomas, 37 ans, a annoncé hier, mardi 25 octobre, qu’il prenait sa retraite, par un communiqué de son agent, Emanuele Palladino.

«TRISTE JOUR»
«J’ai écouté et discuté de cette décision avec ma famille et mes amis proches, a déclaré Gareth Thomas, qui devait affronter l’Angleterre samedi avec l’équipe galloise dans le Tournoi des IV nations de rugby à XIII. Mon cerveau me dit qu’il est temps de me retirer. Si on ne peut pas se donner au rugby à 100%, on ne peut pas jouer correctement. C’est un triste jour, mais je sais que le moment est venu pour moi de m’arrêter de jouer. Ma passion pour cet incroyable sport ne me quittera néanmoins jamais.»

«DERNIER BASTION DE LA PEUR»
Il y a quelques jours, Gareth Thomas, qui figurait en tête de la Pink List du quotidien britannique The Independent l’an dernier, racontait dans ce même journal comment cette liste des homos les plus influents l’avait aidé à se débarrasser de sa peur. «Le première fois que j’ai vu cette liste, explique-t-il, il n’y avait pas de sportifs. Le sport est le dernier bastion de la peur pour ceux qui sont homos et ont peur des réactions. (…) Pour moi, apparaître en haut de la Pink List l’an dernier était un honneur. Je ne recherchais pas les récompenses, mais que les gens reconnaissent ce par quoi j’étais passé et que j’ai aidé d’autres personnes dans leur propre parcours était très important.»

Gareth Thomas, considéré comme l’un des plus grands joueurs gallois, n’a visiblement pas pris cette décision de gaieté de cœur. La veille du communiqué, il twittait: «Parfois il faut s’en mettre une paire, et sauter dans l’inconnu». Gareth Thomas montre une nouvelle fois l’étendue de son courage.

Photo Andy Paradise