Elle l’avait promis sur Twitter quelques jours plus tôt, Lady Gaga ne laisserait pas Jamey Rodemeyer tomber dans l’oubli. Harcelé en raison de son homosexualité par des camarades de sa classe, ce jeune fan s’est donné la mort dimanche 18 septembre. Il avait 14 ans.

«C’EST UN CRIME DE HAINE»
Visiblement très touchée par ce suicide, Lady Gaga ne s’est pas contentée de rendre hommage à son défunt «petit monstre» lors de son dernier concert à Las Vegas. Elle réclame également une loi contre le harcèlement. «Le harcèlement doit devenir illégal. C’est un crime de haine», a-t-elle écrit sur son Twitter (lire Mort de Jamey Rodemeyer: Lady Gaga veut une loi contre le harcèlement).

Comme elle l’a déjà fait en militant pour l’abrogation de loi Don’t Ask Don’t Tell qui interdisait aux militaires homos de servir ouvertement dans les forces armées, la chanteuse n’hésite pas à interpeller directement les plus hauts responsables politiques. Lundi, elle a ainsi déboursé 35800 dollars pour participer à une collecte de fonds organisée par Barack Obama en Californie.

8 MINUTES AVEC LE PRÉSIDENT
L’occasion pour elle de s’entretenir pendant 8 minutes avec le Président sur la délicate question du harcèlement. Après l’avoir remercié pour le travail déjà accompli dans ce domaine, elle a demandé à ce qu’il fasse «tout ce qui était en [son] pouvoir» pour empêcher que de jeunes homos en souffrance ne se donnent la mort. Auparavant, la chanteuse avait lu à haute voix la lettre d’un autre de ses fans, lui aussi victime de harcèlement.

«SIMPLIFICATION» ET «SENSATIONNALISME»
Toutefois, l’engagement de la star ne plaît pas à tout le monde. Des spécialistes de la prévention du suicide s’interrogent sur le bien-fondé de la médiatisation de ces cas de suicide, craignant la «simplification» et le «sensationnalisme», note Associated Press, qui rapporte que des camarades de Jamey se seraient ouvertement réjouis de sa mort à l’école quelques jours après l’annonce de son décès.

«Il y a l’histoire personnelle de Jamey et de sa famille (…) mais c’est un problème que rencontrent beaucoup de jeunes dans tout le pays, particulièrement les jeunes LGBT», assure un responsable du Trevor Project, la célèbre association américaine de prévention du suicide chez les ados LGBT. Par ailleurs, la mère de Jamey a annoncé son intention de rejoindre The Trevor Project pour dire aux jeunes en souffrance qu’il y a «d’autres moyens que le suicide pour faire face aux problème de la vie».

Pour le moment, aucun détail n’a filtré sur le contenu de cette éventuelle loi anti-harcèlement. Mais Lady Gaga semble bien décidée à continuer à donner de la voix pour défendre ses «petits monstres» LGBT.

Photos Pete Souza / DR