Sur une page couleur arc-en-ciel, les dix noms apparaissent. La menace d’outing a donc été mise à exécution et concernent, parmi ces dix hommes, des députés et des ministres.

Depuis quelques jours, l’affaire fait grand bruit en Italie. Les auteur-e-s du blog anonyme hébergé aux États-Unis, ont justifié cette campagne d’outing par la nécessité «apporter un peu de justice dans un pays où il existe des personnes qui n’ont aucun moyen de se défendre contre les insultes et les attaques quotidienne d’une classe politique hypocrite et méchante». Ils estiment aussi que l’outing est un instrument politique «dur mais juste».

Cet outing survient quelques semaines après le nouveau rejet en juillet par le parlement italien, d’une loi contre l’homophobie, déjà rejetée en 2009. Les auteurs du blog précisent qu’ils se limitent à publier les noms de ceux qui appartiennent à des partis ayant voté contre cette loi.

Parmi les personnalités mentionnées sur la liste, le président de la région de Lombardie (nord), Roberto Formigoni, membre du Peuple de la Liberté de Silvio Berlusconi, a dénoncé «les fantasmes délirants de personnes inqualifiables».

L’initiative divise les associations de défense des droits LGBT. Paolo Patane, d’Arcigay, a évoqué une «opération ridicule: ce n’est pas de l’outing, c’est du ragot». Pour lui, la liste des dix ne contient «aucune preuve, aucune affirmation sur leur homophobie, aucun dossier, aucune source vérifiée ou vérifiable, du moins jusqu’à maintenant».

Le président de l’association Equality Italia Aurelio Mancuso, qualifié d’«inspiration morale» des auteurs du blog par La Repubblica et lui-même ex-président d’Arcigay, s’est, pour sa part, dit «reconnaissant envers ce groupe d’avoir pris cette initiative, sans doute pas facile».

Une deuxième liste de noms devrait être publiée prochainement. Les militant-e-s à l’origine du blog comptent en dévoiler une centaine au total.