C’est aujourd’hui, mardi 20 septembre, 9 mois après son abrogation, que prend fin la politique Don’t ask, Don’t tell (DADT), qui interdisait aux militaires homos de faire leur coming-out.

«À compter d’aujourd’hui, les soldats gays et lesbiennes peuvent servir dans notre Armée avec la dignité et le respect qu’ils et elles méritent, indique une circulaire signée John M. McHugh, secrétaire pour l’Armée de terre, le général Raymond T. Odierno, Chef d’état-major de l’Armée de terre, et Raymond F. Chandler III, Sergent major de l’Armée. Nos règles, consignes et politiques (…) s’appliqueront quelle que soit l’orientation sexuelle, qui relève de la vie privée et personnelle.»

«L’adhésion aux valeurs l’Armée est au cœur de notre succès [à mettre en œuvre l’abrogation], écrivent-ils également. (…) La loyauté, le devoir, le respect, l’abnégation, l’honneur, l’intégrité et le courage personnel ne sont pas de simples mots pour nous: ce sont les principes qui gouvernent notre vie, notre entraînement, nos combats.»

«Par conséquent, nous attendons de tous les membres des forces armées qu’ils se conforment à ces valeurs en appliquant l’abrogation pleinement, honnêtement, conformément aux règles établies. C’est le devoir de chaque membre de traiter les autres avec dignité et respect, tout en maintenant bon ordre et discipline dans nos rangs.»

À cette occasion, OutServe, une association de militaires LGBT, qui édite le magazine éponyme, publie une édition spéciale, distribuée dans les bases militaires, dans laquelle 101 militaires LGBT en activité se montrent à visage découvert. Le cofondateur d’OutServe, jusqu’ici connu sous le nom de JD Smith, a révélé son véritable nom, Josh Seefried, ce matin sur Twitter.

«J’avais vraiment le sentiment qu’il était important de sortir du placard dès le preier jour, pour bien montrer que la question de l’orientation sexuelle dans les forces armées ne se posera vraiment plus», a-t-il expliqué à The Advocate.

Illustration OutServe