Dragons, pumas et lions de tous appétits, une chronique très zoologique mais multisport.

Empreinte. Une large victoire contre le Japon (83-7) avec 13 essais à la clef, les All Blacks ont posé leur griffe sur la compétition. Le match, hier, a été plein, agréable et, malgré l’apparence du score, disputé, avec des Japonais toujours aussi affamés. Mais les All Blacks ne connaissent pas seulement la chorégraphie du haka. Hier, ils ont dansé sur le terrain avec des regroupements impeccables, courses splendides vers la ligne d’essai, plongeons, sourire, un régal. Parmi eux, Sonny Bill Williams, tout sourire après deux essais. Le (très) beau gosse néo-zélandais n’a pas fini de faire parler de ses tablettes de chocolat sculptées par le rugby et la boxe. Son rhabillage sur le terrain après déchirement du maillot a causé un bel émoi dans le pays (vidéo ci-dessous). Le paletot est parti en Chine pour que la déchirure soit examinée par l’équipementier. Il sera ensuite mis aux enchère par Sonny en faveur d’une association de lutte contre les infections à méningocoque.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur sonny bill williams

Coqs. Deuxième match pour les Français contre le Canada demain matin. Les coqs qui se sont fait voler dans les plumes la semaine dernière par leur sélectionneur Marc Lièvremont après leur victoire laborieuse sur le Japon. Manque d’engagement, attitude dilettante constatée. On verra comment les Français vont réagir. Et après? Les Néo-Zélandais, samedi 24 septembre…
Dimanche, à 10h30, sur TF1.

Dragon. L’un des matches phares de la première semaine est sans doute la féroce opposition entre le XV gallois, dont l’un des symboles est le dragon, et les Springboks sud-africains. Les joueurs de l’hémisphère nord ont bien failli créer la première surprise, laissant échapper la victoire sur un drop manqué dans les dernière minutes. Ils rencontrent les Iles Samoa demain dès l’aube. C’est tôt, certes, mais il faut voir jouer les Gallois. Ces gaillards en rouge racontent que le rugby est un sport de perpétuelle invention. Ils varient la tradition de leur jeu rugueux avec des éclats de passes et de courses d’aile en aile. Pour symbole, un gamin virevoltant, Toby Faletau.
Dimanche, à 5h30, sur France 2.

Wallabies. Souvenir d’une Coupe du monde couverte en Irlande, en 1999, ceux-là sont ma madeleine. Les wallabies australiens sont entrés dans la Coupe du monde avec appétit, une large victoire sur l’Italie. Ils arrivent avec une belle patate après une victoire dans le Tri Nations, l’équivalent dans l’hémisphère sud du Tournoi des Six Nations au nord. Parmi eux, un homme en vue, le demi d’ouverture Quade Cooper, 23 ans, néo-zélandais d’origine, un brin bad boy, et une vision du jeu éclairée sur le terrain. Les Australiens ont gagné deux fois la Coupe du monde, en 1991 et 1999.

Gazelles. Les tenants du titre avaient bégayé leur rugby contre le Pays de Galles, voilà les Springboks repartis avec leur victoire sur les Iles Fidji (49-3). Et d’un point de vue plus anecdotique, je préfère François Steyn avec ses cheveux longs.

Ours. Visages heureux et grosses accolades, jeudi, au terme de la partie entre les États-Unis et la Russie (13-6). Battus par les aigles, les ours ont bien tenu le choc pour leur première participation à une Coupe du monde. Valeureux mais aussi assez charmants dans leur manque d’expérience d’un niveau international, ils sont une nouvelle fois le symbole de l’universalisation du rugby dont la version à sept sera sport olympique en 2016. Pour leur prochain match, ils rencontrent, mardi, l’Italie qui a, elle aussi, été une petite nation du rugby et a pris un peu de galon.

Nouvelles nations et nouvelles ambitions. L’écart se resserre entre grands et petits, il est aujourd’hui en moyenne de 17 points. Même la défaite fleuve du Japon – qui devrait faire grimper les statistiques au terme de la deuxième série de rencontres – est moins terrible que celle subie il y a 16 ans, déjà face aux All Blacks (145-17).

Pumas. Ils furent de surprenants quarts de finaliste en 1999, des cadors il y a quatre ans en finissant troisième, les Pumas argentins ont perdu un peu du lustre de leur pelage défait in extremis, la semaine dernière face à l’Angleterre. Certains valeureux vieillissent, tout simplement, mais des presque gamins reprennent le flambeau, ainsi Lucas Gonzalez. Jeunes et vieux briscards se sont rebiffés ce matin contre la Roumanie gardant leurs chances de se qualifier pour les quarts de finale (43-8). Il y a eu de gros combats en mêlée de deux packs engagés, mais au jeu des échappées, des courses, les Argentins ont été meilleurs, requinqués par la victoire. Il leur reste l’Écosse et la Géorgie à dévorer.

Lionnes. On n’arrête plus l’équipe de France féminine de football qui a battu Israël (5-0) lors du premier match de qualification pour la Coupe d’Europe 2013, mercredi 14 septembre. Une première mi-temps un brin poussive et puis un feu d’artifice. La bande de Sonia Bompastor, Camille Abily (photo), Eugénie Le Sommer se rend dès jeudi prochain en Irlande pour son deuxième match de qualification.

Coqs bis. L’équipe de France masculine de basket est en finale de l’Euro, ce qui ne lui est pas arrivé depuis 1949. Elle affrontera l’Espagne demain soir. Les deux pays ont décroché leur billet pour les Jeux olympiques de 2012. Pour sa dernière participation aux JO, en 2000, la France était allée jusqu’en finale. Une équipe très séduisante, avec deux grandes stars de la NBA, Tony Parker et Joakim Noah. L’équipe très soudée a livré de grands matches, en particulier un solide quart de finale contre sa bête noire, la Grèce. On les préfère dans ces moments-là que quand l’un d’eux dérape, que ce soit en traitant quelqu’un de «faggot» (lire Insulte homophobe: 50000 dollars d’amende pour Joakim Noah) ou en estimant qu’un coéquipier a joué «comme une fiotte», à l’instar d’Ali Traoré, interviewé par L’Équipe.
Dimanche à 20h, sur France 4 et Canal+ Sport.

Vieux lion. Mettre en harmonie sa vie personnelle et sa vie professionnelle, ainsi Rick Welts a commenté sa démission de la présidence des Phoenix Suns, vendredi 9 septembre. Le président de la franchise de basket avait fait son coming-out il y a quatre mois, il part désormais rejoindre son compagnon à Sacramento, où celui-ci a la garde conjointe de ses enfants. «Ça a été une expérience incroyablement enrichissante d’un point de vue personnel, traverser cela et atteindre un moment de ma vie différent, où je peux partager 100% de ma vie avec les gens avec qui je travaille, au lieu de 95%, raconte-t-il à The Arizona Republic. Cela donne un immense sentiment de satisfaction et de liberté. Je suis en train d’aller complètement contre ma nature. Quitter l’un des meilleurs boulots du monde du sport pour essayer de comprendre ce qu’il peut y avoir après, c’est quelque chose que je n’aurais jamais fait il y a un an ou cinq ans ou dix ans. Personnellement, j’ai atteint un niveau de confiance en moi, dans le fait que je peux m’en tirer et que l’avenir sera formidable. C’est nouveau pour moi.». Ça fait plaisir à lire. Bon week-end.

GAGNEZ L’«ATLAS DU RUGBY»!
Pendant la Coupe du monde, Yagg et Actes Sud Junior vous proposent de gagner l’Atlas du rugby, dédicacé par les auteures Bénédicte Mathieu et Myrtille Rambion. Pour cela, il vous faudra répondre à 3 questions de sport, une par semaine pendant 3 semaines. Lorsque vous aurez les 3 réponses (pas avant le 24 septembre, donc), vous devrez les envoyer, avec vos coordonnées complètes, à contact@yagg.com, avant le 30 septembre.
Deuxième question: Quelle joueuse française détient le record de sélections en équipe de France de football?

Photos DR / F.F.F.