«La communauté homosexuelle dans les pays du monde arabe est (…) une des minorités les plus opprimées», rappelle Sami Richa, chef de service de psychiatrie à l’hôtel-Dieu de France de Beyrouth, dans une tribune publiée sur le site du quotidien Le Monde. Il poursuit: «on peut affirmer que peu de choses relient les deux grandes communautés qui constituent la trame sociale du Liban, chrétienne et musulmane, sur le statut sexuel, personnel et celui de la femme par exemple. Étrangement, sur l’homosexualité, on peut dire qu’elles se retrouvent avec la même hargne et le même emportement».

À lire sur Le Monde.fr.