Un hommage national sera rendu à Rudolf Brazda, Chevalier de la Légion d’honneur et dernier rescapé connu de la déportation pour motif d’homosexualité, mort le 3 août dernier. Les Oublié-e-s de la Mémoire, l’association dont il était d’ailleurs membre, organise une cérémonie civile du souvenir, le mercredi 28 septembre, à 17 heures, en l’église Saint-Roch à Paris, qui abrite la Chapelle des Déportés.

Selon l’association, «la cérémonie d’adieu du 8 août à Mulhouse n’a pu rassembler toutes les personnes qui auraient désiré lui faire leurs adieux et, à travers lui, rendre un hommage appuyé à tous les «Triangles roses» morts dans les camps de concentration ou ayant survécu, le plus souvent dans l’anonymat».

LE COURAGE DE TÉMOIGNER
Ayant eu le courage et la force de témoigner, Rudolf Brazda avait raconté sur Yagg ses années d’épreuve pendant plus de dix ans, mais aussi les belles années de l’après-guerre, où il a rencontré Rudy, l’homme qui partagea sa vie pendant près de 50 ans.

Homme plein de vie, Rudolf était devenu le symbole de la persécution des homosexuels par les nazis. Le livre dans lequel il racontait son histoire, Itinéraire d’un Triangle rose, publié aux éditions Florent Massot et co-écrit avec Jean-Luc Schwab, est un ouvrage essentiel pour le travail de mémoire sur cette période.

L’hommage du 28 septembre est placé sous le patronage de Marc Laffineur, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, en présence des autorités, de représentants du corps diplomatique, d’associations mémorielles et du monde LGBT. Cette cérémonie est bien sûr ouverte à toutes celles et à tous ceux qui voudront rendre un dernier hommage à ce grand homme.