Le Sneg, les sociétés Men’s Club et New Millenium Productions ont déposé le mercredi 7 septembre un recours devant le Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté du 29 juin 2011 interdisant la vente et la cession des poppers.
Le 29 juin dernier, Étienne Apaire, président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie annonçait des mesures visant à interdire le poppers en France, ce qui avait provoqué la colère du Sneg, qui défend les intérêts de ceux qui fabriquent et commercialisent ce produit. Le 7 juillet, la parution de l’arrêté au Journal Officiel confirmait l’interdiction.
Dans son communiqué publié aujourd’hui, le Sneg « dénonce une mesure disproportionnée, sans consultation préalable, visant à masquer l’échec de l’Etat en matière de lutte contre les stupéfiants, incitant à la consommation de drogues dures à économie souterraine ».
Ce n’est pas la première fois que le Sneg s’élève contre l’interdiction des poppers. Déjà en 2007, une première interdiction avait été annulée après un recours du Sneg et de Men’s Club devant le Conseil d’État. L’action d’aujourd’hui connaîtra-t-elle le même succès?