Après la découverte d’un corps sur un lieu de drague gay à Alès quelques jours après celle du corps de Laurent Julien à Nîmes, le Comité Idaho s’inquiète du nombre de meurtres potentiellement homophobes ces deux dernières années.

«On pourrait faire (…) la liste macabre des corps retrouvés depuis deux ans dans toute la France: plus de dix meurtres potentiellement homophobes, écrit l’association dans un communiqué. Il est impossible d’affirmer que chacune de ces victimes a été tuée en raison de son orientation sexuelle, mais chaque fois, les indices sont nombreux, troublants et inquiétants. Et ces meurtres n’ont toujours pas été résolus: les assassins courent toujours.»

«Le Comité Idaho entend cette fois tirer la sonnette d’alarme, poursuit le communiqué. Nombreux sont les voleurs, agresseurs et meurtriers qui ciblent les homosexuels, et plus encore les transsexuel-le-s, parce qu’ils pensent, à tort ou à raison, que ce type de victime n’intéresse guère la police française. Il est temps que le ministère de l’Intérieur montre à ces meurtriers qu’ils se trompent. En lançant un message fort, la police réussira peut-être à dissuader certains assassins. Et en y travaillant activement, elle retrouvera sans doute les autres. C’est pourquoi le Comité Idaho demande de toute urgence que le plan contre l’homophobie et la transphobie, annoncé par M. Guéant le 17 mai dernier, soit mis en place sans tarder.»