sos homophobieL’agression, rapportée par SOS homophobie, remonte au 12 octobre 2010, vers 23h, à la sortie du métro, à Montreuil. Trois jeunes gens n’apprécient pas que Victoria O. et Amandine L. soient en couple et le font savoir à coups de pieds et de poings. Les deux femmes s’en tirent avec trois jours d’incapacité totale de travail.

Les trois hommes ont rapidement été interpelés, un seul a reconnu avoir porté des coups. Il comparaîtra demain, vendredi 1er avril, devant la 16e chambre du tribunal de grande instance de Bobigny pour « violence à raison de l’orientation sexuelle suivie d’incapacité temporaire.

Dans cette affaire, les victimes sont représentées par Sophie Maltet, qui état l’une des avocates de Bruno Wiel, et soutenues par la Coordination lesbienne en France (CLF) et SOS homophobie.

« SOS homophobie reçoit de plus en plus de témoignages de femmes victimes d’agressions physiques; les agresseurs, généralement jeunes et agissant en bande, semblent dépourvus de toute conscience de la gravité des faits qu’ils commettent, s’inquiète l’association. Pour être efficaces, les lois pénalisant l’homophobie doivent être expliquées et comprises, notamment par les plus jeunes. Une politique volontariste de lutte contre les LGBT-phobies doit être développée, dans nos collèges et lycées afin de favoriser l’acceptation des différences et le respect des autres. »

[mise à jour, 4 avril, 14h31] En raison de l’absence de l’avocate du prévenu, l’audience a été reportée au 4 novembre, rapporte SOS homophobie.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.