En juillet 1996, plus de 500000 Américains sont malades du sida. Elizabeth Taylor (qui nous a quittés ce mercredi 23 mars) accepte alors l’invitation de Larry King sur CNN à la condition qu’elle puisse y parler uniquement de l’épidémie, qui fait aussi des ravages partout dans le monde.

Dans cet extrait, elle explique qu’elle rend souvent visite aux malades dans les hôpitaux. Larry King lui demande: « Que peut-on dire à un malade du sida? » Elle: « Tu comptes pour moi », « Je t’ai apporté un livre », « Est-ce que je peux écrire une lettre pour vous? ».

Elle poursuit: « Je demande aux malades de me dire ce dont ils ont besoin. Qu’est-ce qu’ils savent que nous ne savons pas, que le gouvernement aurait besoin de savoir. »

Un jour, poursuit-elle, un malade m’a dit: « Je veux juste qu’on me prenne dans les bras et qu’on me traite comme un être humain ». Elle confie aussi que sa petite-fille, Allein Ghetty, est malade du sida.

Elle évoque enfin les derniers jours de Rock Hudson, en 1985. « J’étais assise à son chevet. C’est comme si Dieu l’avait emmené ailleurs et il était apaisé. Nous plaisantions et nous parlions de faire un chocolate martini. »

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.