Aujourd’hui, dimanche 20 mars 2011, la communauté – le réseau social de Yagg – a 2 ans! (Yagg, avec d’abord sa partie infos, a été créé un peu plus tôt, en novembre 2008).

Nous avons demandé à ses membres, les yaggeuses et les yaggeurs, de nous dire ce que cette aventure unique dans le paysage des médias LGBT avait changé dans leur vie.

Voici leurs contributions, à la fois drôles et touchantes, qui racontent ce qu’est la communauté: plus de 7000 membres, plus de 600 blogs, des groupes, des forums, des échanges passionnés et passionnants, de formidables plumes, des talents révélés, des coups de cœur et des coups de gueule partagés…

Pas encore inscrit-e? Lisez… et rejoignez-les, rejoignez-nous!

  • Red: « J’ai été reporter, critique littéraire, de théâtre, de cinéma, de jeux vidéos, et de musique ».

« Depuis que je participe à la Yagg-community, j’ai bu 960 tasses de café en compagnie de mon lionceau-de-caramel, connu Beyrouth, et y ai appris la danse de l’aspirateur, 128 bières avec mes nouveaux amis, joué à Rock Band 15 fois avec eux, fais 7 coming-out de plus à ma famille (et je ne compte pas les coming-out aux amis), mangé 40 fois au McDo, participé à un kiss-in, bu 7 fois à la santé des losers, tapé du poing 5 fois plus souvent sur la table qu’avant, révélé l’homosexualité de stars à mes amis hétéros, les ai encore plus saoulés sensibilisés sur les inégalités que nous subissons, été reporter, critique littéraire, de théâtre, de cinéma, de jeux vidéos, et de musique, comique-témoin, appris plein de nouveaux mots rigolos (ahah le feminet :D), vécu 96 discussions irréalistes sur la chatte avec les Yaggueurs couches-tard, embrassé un pédé (sur la bouche!), fait une ola dans un bar, me suis investie beaucoup plus pour mes droits, vécu 32 drames lesbiens, 6 drames pédés et autant de réconciliations, rallongé mon espérance de vie de 67200 minutes (estimation haute, sans prendre en compte l’abus d’alcool et de café – mine de rien ça fait presque une cinquantaine de jours!), je connais par cœur la vie de Lady Gaga, mais surtout je suis beaucoup plus informée sur l’actu LGBT.

Donc toi aussi, si tu veux devenir alcoolique et insomniaque, rejoins-nous! ».

  • Mélanie: « Quand je me retrouve démunie, seule avec mes pleurs derrière mon écran d’ordinateur, les commentaires de la communauté Yagg sont là pour sécher mes larmes ».

« Personne ne me contredira si je dis que l’adolescence est une période difficile. Apprentissage, connaissance de soi, remise en question. Personne ne me contredira si je dis que cela s’intensifie lorsque l’on est homosexuel, que l’on croit l’être, quand on le sent, quand on le sait. Ni les chiffres, ni les gens.

Ce n’est pas toujours évident d’encaisser tout ce que l’on entend, même quand on sait que les gens ne veulent pas toujours faire mal, ne comprennent souvent pas eux-mêmes ceux qu’ils peuvent dire. Quand j’ai entendu « les homos faudraient tous les brûler » de la bouche d’un ami, Yagg était là. Quand j’ai entendu un gros « beurk » dans le public, au théâtre, alors que sur scène deux hommes s’embrassaient, Yagg était là. Quand il m’a fallu renoncer à des rêves de gamine, Yagg était là. Quand j’ai voulu comprendre qui j’étais, et ce que les gens comme moi avaient traversé, Yagg était là. Quand j’ai voulu partager l’histoire de ma communauté en présentant divers exposés devant ma classe parce qu’il faut parler des homosexuels pour que les mentalités évoluent, Yagg était là. Quand je me suis heurtée au mur parental, Yagg était là. Aujourd’hui qu’il me faut choisir mon avenir, Yagg est toujours là.

Je publie (trop) souvent des textes sur ma petite vie, gamine égocentrique que je suis, qui ne nous importent peu, ne servent pas à grand-chose et n’ont pas beaucoup de sens. Mais, quand je me retrouve démunie, seule avec mes pleurs derrière mon écran d’ordinateur, les commentaires de la communauté Yagg sont là pour sécher mes larmes. Quand je me dis que je devrais être hétéro, que je devrais changer, que je devrais essayer, que ce serait tellement plus facile, la communauté Yagg est là pour me réchauffer le cœur. Ces gens, souvent bien attentionnés, qui tentent en quelques mots de me redonner confiance en moi, me redonner le moral.

En somme, Yagg m’a apporté une meilleure connaissance de moi, de ma communauté. Quelques phrases pour sécher mes larmes et réchauffer mon cœur. Et a fait de moi une revendicatrice acharnée.

Alors, à la question est-ce que Yagg à changé ma vie? Je répondrai un grand OUI, Yagg à changé ma vie, et en bien. Alors merci Yagg ».

  • nileju: « J’ai appris pas mal de choses sur les lesbiennes et les trans' ».

« Bah rien… non je déconne! Grâce à ce site j’ai appris pas mal de choses sur les lesbiennes et les trans’ que je connaissais assez mal, voire même pas du tout (dans le fin fond de ma campagne les trans’ ça ne court pas les rues^^) ».

  • Rickie: « La même « langue » que moi ».

« Inscrite depuis septembre. Pour moi, Yagg est avant tout une mine d’informations LGBT qu’on ne trouve nulle part ailleurs, des filles et des garçons de tous horizons mais qui parlent la même « langue » que moi et un apéro sympa tous les mois! …et un joli badge maintenant!!! 🙂 ».

  • Caro: « Yagg, une histoire d’amitié ».

À lire sur le blog de Caro.

  • Alejandro: « Yagg m’a poussé (et soutenu) à faire mon coming-out à mes parents ».

« Yagg m’a poussé (et soutenu) à faire mon coming-out à mes parents, et rien que pour ça: merci :-). Merci aussi pour toutes ces infos passionnantes et variées, continuez comme ça 🙂 ».

  • Peter: « Le site qui prend soin de vous ».

« C’est bien simple, avant Yagg j’avais le cheveu gras et la peau sèche. Trois prises de Yagg par jour et maintenant mes soucis on disparu, et moi je le vaux bien!

Bon, même si je ne suis pas sur Yagg depuis très longtemps, ça m’a quand même apporté pas mal de choses. J’avoue qu’avant Yagg j’ai… mettons 3 ami-e-s LGBT. Grace à Yagg j’ai découvert une communauté riche et variée (on dirait un spot publicitaire « manger bouger ».) Comme je me suis jamais vraiment senti à l’aise « dans le milieu », j’apprécie la possibilité grâce à l’aspect « réseau social » de Yagg d’échanger avec d’autres personnes sans avoir à écumer les bars aux murs peints en arc-en-ciel LGBT-DANS-TA-TRONCHE! 
J’ai réussi à trouver de vrai-e-s ami-e-s (comprenez par là des gens qui ont le même humour pourrave et trash que moi) à qui j’ai même présenté ma voisine du dessous (ils se reconnaîtront, même celui qui nous abandonnés ce soir-là):-). 
Quant à la parti info du site, je dis chapeau et merci d’aborder des thèmes aussi variés. Bravo surtout pour vos efforts sur le domaine de la santé, entre les chats sur les IST, la campagne « Comment ça va les filles? » et les divers articles dans ce domaine, on pourrait facilement renommer Yagg  » le site qui prend soin de vous ». »

Lire la suite pages suivantes